Destiny in your hands

Bienvenue en 2090, dans un monde qui a bien changé...
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Jake Austin ||Allez à vous de jouer les admins||

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Jake Austin ||Allez à vous de jouer les admins||   Mer 26 Mar - 18:20

2090 est à vous ! Vivez avec votre temps, et choississez-vous camp !

Etat civil:



*Nom : Austin
*Prénom(s) : Jake Oliver
*Date & lieu de naissance : 21/03/2045, né à Espérance...
*Origine : Bah j'en sais rien. Américaine certainement, mais j'ai jamais posé la question à mes parents. A quoi bon? Me prendre d'autres coups peut être... Sans façon.
*Nationalité : Je suis né à Espérance, vous en déduisez quoi alors? Bah oui évidement que je suis américain...

Famille et vous :



*Nom du père & camp: Zack Austin... Un sale type qui n'était heureux qu'avec 3 grammes d'alcool dans le sang et la main douloureuse d'avoir frappé son fils. Un camp? Quelle idée... Je n'ai qu'une seule chose à dire sur lui, vaut mieux être orphelin que d'avoir un père comme lui qui frappe à tout va. Après on s'étonne que je sois tordu et violent... C'est pas ma faute!!

*Nom de la mère & camp: Margareth Sanders, épouse Austin... Pas vraiment mieux celle là. Bon ok, elle m'a jamais frappé, et elle n'a jamais eut le moindre mouvement de colère envers moi. Mais elle laissait mon père me frapper, ce qui est somme toute encore pire selon moi. Cette saleté m'a laissé souffrir, je la déteste pour ça. D'ailleurs quand elle est morte, je n'ai absolument rien ressenti, pour ce qui est de mon père c'est moi qui l'ai tué alors bon, c'est différent ça. Quoi qu'il en soit, ma mère n'est que celle qui m'a donné la vie rien de plus. Elle n'était pas dans un camp je pense, ou alors du côté des mutants quoi. En fait, je me fourvoie dans ces quelques paroles. J'aimais ma mère plus que tout au monde, et je savais pourquoi elle ne s'interposait pas. Seulement, mon côté rancunier sort plus facilement que mon côté tendre...

*Nombres de frères & soeurs, & leur camp: Aux dernières nouvelles j'étais le seul rejeton engendré par ces deux malades. Bah j'ai peut être un frère ou une soeur cachée qui sait, mais en tout cas je ne les connait pas s'il y en a.


Nous passons aux choses plus sérieuses. Racontez-nous votre vie, de vous ! On veut tout savoir :


*Sur votre psychologie : Il paraît que j’ai un très mauvais caractère, mais si vous voulez mon avis ce sont les jaloux qui parlent. Je n’ai pas un mauvais caractère au contraire, je suis peut être un brin difficile à vivre mais à part ça franchement tout va bien. Bon d’accord, il m’arrive parfois de m’énerver pour un rien, comment ? Souvent ? Non vous exagérez, je ne m’énerve que lorsqu’il y a une raison. Attendez, vous ne vous seriez pas énerver si par hasard on avait renversé sur vous un verre de jus d’orange ? Non ? Et bien c’est que vous ignorez le mal que l’on peut avoir à enlever la tâche par la suite franchement. Bon d’accord, pour vous je veux bien avouer que j’ai un caractère emporté. Je m’énerve d’abord, puis je réfléchis par la suite. J’ai l’impression que je suis le stéréotype du chef, colérique et froid. Oui parce que je suis quelqu’un d’extrêmement froid, cela je l’avoue bien volontiers. Je trouve vraiment nunuche que d’être trop chaleureux. Après tout je déteste la mièvrerie, et la chaleur va souvent de pair avec cette idée de mièvrerie. Bref, je suis la froideur même, et pour reparler de mon statut de chef cela m’aide beaucoup à me faire respecter comme il se doit. Bon bien sûr je n’ai pas besoin de prouver mon statut, j’ai tout ce qu’il faut pour l’avoir. Je suis beau (bon ça je pense que c’est en option quoique ça me permet de me faire toutes mes subordonnées, ce que je ferais si je n’étais pas amoureux d’ailleurs), je suis charismatique, je suis colérique (c’est toujours bon pour les affaires que d’avoir l’air instable), je suis pourtant maître de mes actes et de mes pensées en toutes circonstances (quoique devant une belle femme ou un bon verre de whiskey je ne dit pas), je suis froid (donc il paraît que j’impressionne fortement), je suis un homme à femme (oui, avez vous déjà vu un chef qui ressemblait à un moine hein ?), je n’ai pas de sentiments si ce n’est la haine (pas de ma faute si mon père était quelqu’un d’haïssable hein ? Enfin bon, c’est pas réellement vrai puisque je connais l’amour, mais bon à moindre mesure par rapport à la haine), je suis légèrement déséquilibré (enfin c’est ce qu’on dit, je n’ai pas du tout l’impression d’être déséquilibré moi), je suis fortement intolérant (avec moi pas d’erreur, pas d’essai… Vous réussissez tant mieux, vous louper et bin… Tant pis pour vous !). Je crois que je peux me stopper là non ?

Bon bien sûr je vais pas terminer l’explication de mon caractère avec ça, je suis quand même un peu plus subtil. Par exemple, je vous ait dit que j’étais quelqu’un qui s’énervait facilement et pourtant je fais preuve d’un sang froid parfait. Oui, je suis très paradoxal sur ce point. Même moi je n’arrive pas à comprendre ce qui se passe chez moi. Peut être qu’en fait je ne m’énerve pas réellement, que je joue juste un jeu et que je suis plein de sang froid. Je pense que c’est ça l’explication, mais le fait est que j’agis ainsi sans m’en rendre vraiment compte. Oui je crois que je suis étrange, enfin bon peut être que c’est ma punition pour ce que j’ai fait dans le passé. Non en fait c’est faux puisque même avant j’étais comme ça, aussi étrange. Bon, en fait on s’en fiche de ça. Je disais donc que j’étais quelqu’un de subtil, et je vous rassure ce n’est pas seulement mon caractère qui l’est, moi aussi je le suis. J’aime bien me creuser la tête pour faire quelque chose d’original. Par exemple, les actions que je mène moi même contre les Warrens seront forcément quelque chose d’original, et non pas un simple attentat ou quelque chose comme ça… Non ça serait quelque chose de grandiose, de magnifique, de totalement magnifique… C’est là que j’apparais comme un déséquilibré non ? Je ne vois pas réellement pourquoi, après tout j’aime les belles choses et l’originalité, est-ce un crime ? Il faut croire que oui si j’en crois les regards que l’on me lance lorsque je pars dans mes discours grandioses sur ce que je fais. Peut être suis je simplement un génie incompris qu’en pensez vous ? Hum je vois vous ne désirez pas vous lancer. Oui parce que c’est vrai que ma déséquilibration pourrait être telle que si vous dites un avis divergent du mieux vous vous retrouverez avec la vie en moins. Cependant je me dois de vous contredire sur ce point, je suis assez ouvert d’esprit. Impitoyable et intransigeant mais pourtant ouvert d’esprit. Je suis en fait intransigeant car je n’admets pas que l’erreur puisse exister, surtout au sein de mon organisation. Impitoyable parce que une fois que l’erreur est faite j’ai bien peur de ne faire de cas de votre personne. N’allez pas croire que je vous supprimerais, ça serait bien trop simple que de mourir après m’avoir déçu. Non, je suis plutôt du genre rancunier, et croyez bien que vous regretterez 100 fois votre erreur. Je ne suis pas du genre à avoir des scrupules ou des remords, loin de là. Ca me fait penser que je n’ai pas parler de ça dans le fait que j’étais un chef parfait. Oui parce qu’il ne vaut mieux pas avoir de remords lorsqu’on dirige une organisation comme la mienne hein ?

Bon, je crois que j’ai fait le tour de mes défauts, voyons maintenant voir mes plus belles qualités. Oui parce que je vous rassure, j’ai quand même des qualités malgré l’apparence première que je dégage. Oui parce que c’est vrai que lorsque vous avez en face de vous un type froid et à peine agréable, forcément on ne s’imagine pas beaucoup de qualités, et pourtant j’en aie. La première, et celle dont je suis bien sûr le plus fier, ma façon d’être au lit. Je suis un Dieu, et je dis ça sans orgueil (ou presque) et il n’y a jamais d’insatisfaites avec moi. Oui d’accord, ce n’est pas réellement une qualité caractérielle, mais à vrai dire c’en ait une quand même. Hum sinon que pourrait je dire de moi, de bien ? Et bien je suis parfait, mais j’ai bien peur que vous ne pensiez que ce soit pure vantardise de ma part. Encore un défaut d’ailleurs, je suis quelqu’un qui s’aime. C’est grave docteur ? Enfin bon ça c’est une autre histoire encore une fois et je n’ai pas envie de perdre mon temps. Ah tiens, c’est encore l’une de mes façons d’être. Je suis quelqu’un de patient, mais pourtant je n’aime pas le temps perdu. Encore un paradoxe, je vais finir par croire que je suis paradoxal moi. Enfin bon, je disais donc que j’étais patient. Il peut m’arriver d’être assis sur le rebord d’une fenêtre, et de m’interroger sur tel ou tel point de ma vie pendant des heures et des heures. Par contre, lorsque j’attend quelque chose, encore une fois il vaut mieux me satisfaire le plus rapidement possible parce que là je devient irascible et impatient comme pas deux. Je pense que c’est mon statut de chef qui me stresse autant. C’est pas bon pour mon teint tout ça. Enfin bon on s’en fiche de ça hein ? Surtout dans cette partie de la description. Bon, passons plutôt à un trait qui me correspond au plus haut point, et je trouve que c’est une qualité fondamentale à tout homme, la fierté. Je suis ce que je suis, et je suis fier de l’être. J’ai mes défauts, j’ai mes qualités, et ce qui est sûr c’est que suis quelqu’un de bien malgré mes actes. Un homme sans fierté, c’est comme un lit sans femmes, c’est fade… Oh, parler des femmes me rappelle quelque chose, je suis extrêmement macho, je n’aime pas voir les femmes en dehors de mon lit. Peut être suis je un brin misogyne, ou plutôt est ce une certitude. En fait je n’aime pas les femmes, j’aime ce qu’elles provoquent chez moi, sur mon corps ou dans mon cœur pour l’une d’elle. Voilà une autre raison pour laquelle je ne pourrais jamais aimer une femme, et pourtant c’est arrivé… Le misogyne est réellement tombé amoureux, qu’elle ironie. Comment pourrais-je aimer ce que je hais , non plutôt, comment puis je aimer ce que je hais? Une question rhétorique intéressante.

Bon, je crois que j’ai fait le tour de ma complexe personnalité. Ah non, j’ai oublié de parler de quelque chose d’important, voire même de capital. Je n’ai pas dit que je n’avais pas de sentiments. Ah bien sûr je l’ai laissé échapper, et pourtant je n’en aie pas réellement parler puisque je n’ai pas développé alors que ça mérite de plus amples explications. Vous voyez, je ne ressens jamais rien, sauf la colère ou la haine, et ce n’est pas vraiment des sentiments qui sont agréables. Je ne ressens pas la honte, je ne ressens pas le plaisir (sauf dans les bras d’une femme ou d’un whiskey, mais c’est autre chose), je ne ressens pas l’amour (ça c’est faux, ouh le menteuuuur), je ne ressens pas la gêne, je ne ressens pas la tristesse, je ne ressens pas les remords, je ne ressens pas la peur. A voir comme ça, je pourrais presque ressembler à un robot, mais en fait c’est simplement que la vie m’a endurci. Je pense que je ressens toutes ses choses, mais dans une mesure tellement moindre que je n’en aie pas le sentiment. C’est pour ça que mon visage n’est pas expressif du tout. Seuls mes traits se crispent lorsque je suis fortement contrarié (traduisez, lorsque je suis en colère c’est plus simple). Je suis d’ailleurs en train de me souvenir que j’ai oublié de vous parler d’un trait important de ma personnalité (encore une fois, à croire que je commence à perdre la mémoire moi). Je suis franc, et je ne mâche pas mes mots. Je dis ce que je pense, surtout lorsque je pense quelque chose de mauvais à votre égard. La seule chose que je cache c’est ma haine des femmes, simplement parce que j’ai trop d’alliées pour me les mettre à dos. Mais sinon je dis ce que je pense, et surtout n’hésite pas à inciter ceux avec qui je travaille d’en faire de même.

Voilà, je pense maintenant que j’en aie terminé avec cette partie. Mais je pense qu’il reste plein de chose qui me sont abstraite, et dont je ne peux donc pas vous parler, donc ne croyez pas qu’avec cette simple description vous saurez me connaître, car j’ai bien peur que ce soit loin d’être le cas.

*Qualité principal : Mes qualités ? Je croyait vous en avoir déjà parler, mais cela ne me dérange pas de recommencer. Je suis parfait en tout point, même si pour vous ce n’est que simple vantardise de ma part, je vous confirme que c’est ce que je pense. Mis à part cela, je suis quelqu’un d’extrêmement fier, et si certains pensent que c’est un défaut, pour moi c’est une grande qualité, que j’apprécie fortement. Sinon, je suis entêté. Une nouvelle fois cela apparaît pour beaucoup comme un défaut, mais c’est loin d’être le cas. Savoir ce que l’on veut est important, très important. Si ça ne l’était pas, jamais le mouvement de rébellion ne serait né, jamais je ne serait devenir chef, jamais je n’aurais pu mettre mes projets sur pied. Sinon, je suis très imaginatif, et rien ne vaut une bonne dose d’imagination dans la vie. Je pense que c’est tout, mais si vous en voyez d’autres, n’hésitez pas à m’en faire part. J’aime connaître mes atouts dans la vie.

*Défaut majeur : Là, j’ai bien peur que la liste soit longue, aussi vais je faire court et ne parler que des principaux. Le plus grand, je n’ai pas de sentiments, et donc pas de remords ou de scrupules. Je n’ai pas grand chose à dire de plus sur ce défaut, si ce n’est qu’il m’a souvent jouer des tours, mais ce n’est pas bien important. Sinon, j'ai un caractère de cochon. Vous dites que ce n’est pas un défaut en soi ? Et bien c’est que vous n’avez jamais été sous mes yeux je pense sinon vous ne diriez pas ça. J’ai le caractère que l’on donne habituellement à ces derniers, et même plus fort que certains d’être eux. Je vous promet que le caractère de cochon n’est pas toujours facile à vivre, surtout quand comme moi on dit ce que l’on pense. D’ailleurs, ma franchise peut être mise dans les défauts car elle fait bien trop mal pour être appréciée.

Nous avons tous une vie, en dehors du Campus. Parlez-nous en donc un peu.

Qui se cache derrière l’écran ?


*Prénom ou Surnom : Aurélie, (Josh^^)
*Age : 18 ans
*Sexe : A votre avis?
*Avatar choisit : Clive Owen
*Comment avez-vous connu le forum ? Par ma femme
*Code : Flemme de retourner voir, je peux avoir un passe droiiit? [OK] by Faith, mais juste parce que c'est toi ! Razz


Voilà, mercie de vous être noté sur un registre !
En espérant que vous vous plairez à Espérance !!


Dernière édition par Jake Austin le Ven 28 Mar - 20:17, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Jake Austin ||Allez à vous de jouer les admins||   Jeu 27 Mar - 20:58

Vous, votre vie & vos goûts :


*Hobbies : Hum? Faire l'amour à ma femme? Enfin quand j'ai le temps, mais j'essaye de le trouver parce j'aime satisfaire ma femme, et je préfèrerais qu'elle n'aille pas voir ailleurs. Sinon? Euh tuer les gens ça marche? Non en fait ce n'est pas une bonne idée, puisqu'il y a peu de personnes que je tue moi même. Bon? alors des loisirs? Je ne suis pas réellement du genre à avoir des loisirs en fait. Mais il est vrai que j'apprécie de lire lorsque j'ai un peu de temps. Sinon, j'aime aller boire un whiskey en ville, si je suis bien caché, pas envie de me faire assassiner dans un bar... C'est ça le problème d'être un tyran.
*Surnom : Vous croyez que c'est mon genre d'avoir des surnoms? Bon, y'en a du genre: Le tyran, Jake le sanglant (ouais étrange comme les meurtres étranges se succèdent sous mon régime) ou des conneries du genre. Bon, après il y a les petits surnoms d'Alana, mais je ne vous les dévoilerait certes pas...
*Affinités :

{Alana Austin} Je me suis totalement étonné avec elle. Je l'ai rencontré par le biais d'un type qui bossait pour moi, et j'ai eut le coup de foudre. Trop étrange pour un type que moi, et le pire c'est que je suis amoureux d'elle, comme je n'ai jamais aimé... Je n'aurais jamais cru que c'était possible et pourtant. Beaucoup de gens pensent qu'elle ne m'aime que pour mon pouvoir, mais je sais que ce n'est pas le cas. Elle m'aime, je le sais, et on aura beau dire n'importe quoi sur elle je n'y croirais pas... Si jamais elle me trompe? Je tue le type, et je punis ma femme... La bonne combinaison...

{Lewis Austin} Mon fils... Bon au début j'en voulais pas, mais je dois avouer qu'en grandissant il est devenu comme je le voulais... Un seul petit problème depuis quelques temps je le trouve étrange... J'espère qu'il ne se ramolli pas... La question qu'il faut se poser est ultra simple... Qu'est ce que je vais faire si jamais je découvre sa liaison avec la fille Warrens? Et surtout, si jamais je découvre qu'il fricote avec ma femme? Chose étrange, je sais que je le tuerais, sans remords, comme j'ai tué mon père... Je suis un père indigne? Non simplement exigeant...

{Evan Rubinson} L'un de mes plus fidèle sous fifre, je ne l'aime pas plus qu'un autre, mais il est efficace et en prime il sait ce qu'il fait. Sinon, je ne réchigne pas sur le fait qu'il me soit parfaitement fidèle et qu'il m'admire...

{Riley Havery} Le p'tit jeune sans famille. Si j'avais été du genre à adopter, je l'aurais peut être fait avec lui. C'est un jeune homme spontané, qui m'est très utile car particulièrement doué. Il pourrait être comme un fils pour moi, en tout cas je l'apprécie, et je suis navré de voir que ma femme et lui se déteste mutuellement... C'est navrant et presque pitoyable...

{Thomas Warrens} Ce type m'horripile au plus haut point... Comment peut il oser se dresser conre moi? Comment ose t'il me contester? Comment ose t'il former un groupe contre moi? Je le déteste, c'est réciproque... J'ai tué sa femme, et il ne tuera pas la mienne... C'est franchement jouissif que d'avoir un ennemi aussi faible que lui, mais je ne l'aime vraiment pas... Et d'ailleurs je n'aime pas tous ceux qui sont sous ses ordres... Mon rêve? Li mettre la main dessus à lui et sa famille, et torturer ses deux filles chéries sous ses yeux...


*Votre camp et les raisons de votre présence dans ce camp : Vous avez d'autres des questions comme ça? C'est parfaitement débile tout ça moi je vous le dis... Il vous suffit de voir mon nom de famille et vous saurez tout... Bingo! Le groupe Austin... Pourquoi? Bah à votre avis? Je suis le fondateur de ce groupe, je suis le dirigeant du pays, alors à votre avis, pourquoi je fais parti de ce groupe? Enfin bon, je ne vous en veut pas hein...
*Si mutant, votre pouvoir : Je suis un homme qui peut parfaitement vous influencer. J'ai un pouvoir de persuasion que je manie presque parfaitement.
*Votre avis sur la guerre, et l'Apocalypse : Une chose parfaite... Pour moi en tout cas. Grâce à cela j'ai désormais le pouvoir, j'ai un pouvoir aussi, et tout le tralala. moi je vous le dis, sans l'Apocalypse je n'aurais peut être pas été aussi puissant aujourd'hui, et je dois avouer que cela m'effrais. Sans le pouvoir et mon pouvoir je ne serais rien, et je ne pourrais m'y résoudre.


*Description physique : J’ai bien peur que si je fais moi même ma description celle ci ne vous paraisse vantard et absolument partial. Après tout, je m’aime comme je suis alors forcément je ne vais pas faire dans la dentelle hein ? Je suis beau, vous me trouvez beau, et je pourrais faire ma description comme ça. Cela suffirait amplement, mais je suis légèrement narcissique alors je vais passer quelques minutes de mon temps à me décrire physiquement pour vous. En fait, j’ai l’impression d’être un homme à stéréotype. Que ce soit mon caractère ou mon physique, je suis le stéréotype du rebelle. Je suis grand, la peau un peu mate, les cheveux un brin trop longs, les tatouages un peu partout, les yeux noirs… Voilà pour moi le stéréotype du rebelle, et je suis exactement comme cela. Bien reprenons maintenant point par point. En fait, je me rend compte d'une chose. Je suis peut être le stéréotype du rebelle, mais dans le même temps... Je sais être quelqu'un de très classe, qui s'habille de façon parfois extravagante, mais tout de même classe. Par exemple, je met des lunettes carrés, et pourtant je n'ai pas de problèmes vue. Il m'arrive de mettre aussi des lunettes de couleurs, pour le style simplement. Surtout, le plus étrange, sont les costumes que je peux mettre. Ils sont souvent oranges, bleus, verts... Pas de noir ou de gris, bien trop tristes.... Mais tout de même, ma couleur préférée en matière de fringue est le blanc, et je dois avouer qu'avec mon teint hâlé, mes cheveux noirs et mes yeux noirs ça me va à ravir. Et voilà, encore une fois je me lance des fleurs et donc je vais encore apparaître comme prétentieux. Bon d'accord c'est certainement vrai, mais bon quand même. Enfin bref, ce n'est pas ici le sujet, une nouvelle fois je m'égare et je m'en excuse. Je disais donc que je savais être classe, mais ce n'est pas tout, je sais aussi être très... disons... négligé. J'aime beaucoup le style négligé avec mes jeans troués, mes t shirts délavés, mes tatouages un peu partout, mes fanfreluches un peu partout. Bon, ces deux dernières choses ne me quittent jamais, même lorsque je suis bien habillé. Il faut dire que les tatouages c'est pas trop possible, et les espèces de bracelets et tout ce sont des souvenirs que j'apprécient fortement. Bref, je suis aussi bien rebelle que classe, mais je cultive le look excentrique quoiqu'il arrive. Bon sinon, je ne vais pas m'étendre pendant des heures, vous l'avez compris, je suis de grande taille, maigre, musclé par des années de sport de combat, les yeux verts et profonds, les cheveux tout aussi noirs et entre court et mis long, une carrure frêle mais pourtant impressionante. Voilà, j'ai terminé. Ca paraît un peu baclé là non? Oui c'est vrai mais j'ai peur de terriblement vous ennuyer avec mes descriptions à n'en plus finir, et surtout, j'en ait assez de paraître pour quelqu'un de vantard. Aussi vais je me stopper là, puisque je vous ait dit l'essentiel, ou tout du moins ce qui était important.

*Signes particuliers : Des tatouages? J'en ait des tas... Mais bah les gros tatouages pas beau, que des subtils et ils ont tous un sens... Ils sont tous plus ou moins dissimulé, et il y en a un qui fait beaucoup rire Alana, parce qu'elle est le seul à pouvoir le voir. Pour la petite info, je ne vous dévoilerais pas sa signification ou sa forme, et je déconseille à Alana de le faire sinon j'en fais de même avec le sien... Sinon, je suis un gros fumeur et j'ai souvent une clope en bouche.

*Un événement marquant:

    Un évènement marquant ? La mort de mes parents par exemple c’est assez marquant non ?

    La nuit était tombée depuis déjà quelques heures, et pourtant, je voulais rentrer chez moi le plus rapidement possible. Ce stage de combat avait été une catastrophe, et je m’étais fait virer trois jours avant la fin pour violence exagéré… Pas de ma faute si le type ne savait pas s’arrêter. Il aurait déclaré sa défaite plus tôt, il ne se serait pas retrouvé à l’hôpital. En tout cas, j’étais d’avis d’être totalement innocent, mais le directeur de stage était pas d’accord avec moi alors il m’a viré. Sale type ! En tout cas, je crois que ça m’a tout de même été très utile puisque je suis rentré plus tôt. Après des heures de voyage nocturne, j’arrivais finalement en vue de mon imposante bâtisse, et je me demandais pourquoi j’avais été si pressé de rentrer. Un instinct filial peut être qui sait ? En tout cas, je poussais la porte de la maison en même temps qu’un soupir, et je me figeais finalement sur le pas de la porte. Mes parents étaient tous les deux plus loin, dans le salon, et de là où j’étais, je voyais bien que quelque chose n’allait pas. Ma mère était au sol, mon père debout, mais quelque chose n’allait pas… Je me mis à courir brusquement vers lui, et vis le couteau, luisant de sang… Je me stoppais, un sentiment d’horreur m’envahissait lentement et inexorablement. Mon père avait agressé ma mère avec son couteau, et il se tenait là, debout, devant sa victime, ne semblant pas avoir conscience de ce qu’il avait fait.

    Pourtant moi, j’en eus rapidement conscience, et j’eus un geste brusque rapide, qui désarma mon père. J’attrapais au vol le couteau et le retournais contre mon père, qui ne se défendait pas, il ne semblait plus avoir conscience de rien. Le poids de la culpabilité peut être ? En tout cas, il se prit le couteau dans le ventre, et tandis que j’armais mon bras pour un second coup, il parla tout à coup :


    « Je… ne… je l’aimais… »

    Un sourire sardonique vint se mettre sur mes lèvres, tandis que je lui répondais d’un air ennuyé :

    « Je te crois bien sûr, mais tu dois être puni… »

    Mon bras partit finalement, et le couteau se logea dans la gorge du pauvre homme, qui se mit à hoqueter sous ‘l’impact, et sous l’afflux de sang qui se dirigeait vers son estomac et surtout ses poumons… Je ne me préoccupais plus de lui, je m’étais précipité vers ma mère, lâchant le couteau dans la foulée… Laissant sa tête reposer sur mes genoux, je sentais les larmes pointer le bout de leur nez. Non, je ne devais pas pleurer, j’étais un homme, je ne devais pas montrer ce que j’éprouvais… Elles ne quittèrent donc pas mes yeux, et je fixais ma mère sans faire un geste, sans me rendre compte qu’elle n’était pas encore morte… Elle tentait de me dire quelque chose, mais je n’entendais pas, je ne voyais pas, j’étais dans un autre monde à cet instant… Lorsque je revins à moi réellement, ma mère était morte, et un hurlement rageur se fit entendre tandis que je me rendais compte petit à petit de ce que j’avais fait. J’avais tout simplement tué mon père, et j’allais passer le reste de ma vie en prison, si je ne faisais rien bien sûr… Alors je me relevais, et j’eus la sublime idée de maquiller tout ça en règlement de compte entre eux… Je récupérais alors le couteau qui avait mes empreintes, et le lavais soigneusement, avant de le mettre dans ma poche. J’allais ensuite récupérer deux couteaux dans la cuisine, vous savez de ceux qu’on utilise pour couper la viande avec précision en fine tranches, de ceux parfaitement coupant en gros. Bref, j’en mettais un dans la main de mon père après l’avoir badigeonner du sang de ma mère, et je fis le contraire avec un second couteau… Les autorités croiraient à une vengeance de la part de ma mère, et une défense de la part de mon père… Oh, une enquête allait être ouverte bien sûr, mais je savais que je serais exempt de toute accusation

    °~4 heures plus tard~°


    « Enquête n°201, meurtre de Zack et Margareth Austin, interrogatoire de Jake Austin, leur fils… »

    « Monsieur Austin, c’est vous qui avez découvert les corps n’est ce pas ? Qu’elle est la première chose que vous avez faite ? »

    « J’ai couru monsieur, j’ai couru en direction de ma mère agonisante… Je me préoccupais plus d’elle car je voyais mon père déjà mort, je n’arrive pas à y croire… »

    Habilement, je me mis le visage entre les mains, signe d’un désespoir à moitié feint… Je blâmais la mort de ma mère, et me réjouissait de celle de mon père, curieux paradoxe non ? Bref, le flic reprit la parole en ces termes :

    « Vous a-t-elle dit quelque chose avant de mourir ? »
    « Oui, en effet, maintenant que vous me le dites… Elle m’a dit qu’elle était désolée, qu’elle avait tenté de mettre fin à la torture que lui faisait subir mon père, et surtout, qu’elle était désolée de ne pouvoir survivre pour moi… J’étais dévasté par ses déclarations, j’aurais du comprendre qu’elle allait faire une bêtise… Tout est de ma faute… »

    Parfait l’auto-apitoiement, parfaitement crédible, t’es un génie mon vieux Jake. Bref, je maîtrisais parfaitement l’interrogatoire, et écoutais le flic poser ses questions :

    « La torture de votre père ? Est-ce qu’il la battait ? »
    « Oui, depuis qu’elle m’a eut en fait je crois… Mon père n’avait jamais eut l’intention d’avoir un fils, et je crois que j’ai contrarié ses plans, et ma mère aussi d’ailleurs… »
    « Vous a-t-il jamais battu »
    « Oui, j’en garde encore des traces, qu’elles soient visibles ou non… »
    « Cela arrivait souvent ? »
    « Je ne vois pas le rapport avec l’enquête… »

    Ma voix était froide, et je montrais ainsi que je ne voulais pas m’étendre sur le sujet… Soudain, une idée me traversait l’esprit, peut être cherchait il un mobile pour moi ? Je repris donc la parole, d’une voix plus froide que le pôle nord lui-même :

    « Seriez vous en train de m’accuser ? »

    Il parut soudain un brin affolé, et répondit d’une voix précipitée :

    « Oh grand dieux non, je me demandais simplement si votre père était quelqu’un de violent… »
    « En effet, et je voudrais que vous cessiez vos questions, laissez moi partir… »
    « Bon et bien monsieur Austin vous pouvez partir, je n’ai plus rien à vous demander, merci de vous être déplacé… »

    Je sortis, étonné qu’il m’eut obéit si facilement… C’était la première fois que je me rendais compte que j’étais un mutant, et un sourire satisfait se dessinait sur mes lèvres tandis que je sortais du commissariat…


Dernière édition par Jake Austin le Ven 28 Mar - 20:04, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Jake Austin ||Allez à vous de jouer les admins||   Jeu 27 Mar - 21:53

* Votre Histoire

Mon histoire est parsemée de petits détails insignifiants, comme d’importantes choses. Si je croyais à certaines choses comme la résurrection, certainement que je définirais mon histoire comme celle ci, un remake de celle de Œdipe. Pour faire simple, Œdipe a tué son père et s’est marié avec sa mère. Bon, je n’ai jamais été marié à ma mère, mais il y a des choses dans mon histoire qui ressemble fortement à celle de Œdipe, même si ce n’est bien entendu pas la même. Avouez que je vous aie mis l’eau à la bouche avec cette simple entrée en matière, je vais donc essayer de ne pas vous décevoir, puisque mon histoire est intéressante, à moi donc de la rendre toujours plus vivante pour vous donner toute l’ampleur de bizarrerie. Et oui, croyiez vous que c’était naturel ? Bien entendu que non… Il y a dans mon passé des choses à vous faire faire des cauchemars, on en ressort forcément un brin touché non ? Bon, je cesse de vous importunez, et je commence :

« Je suis né il y a 45, à Espérance, comme beaucoup d’autres avant moi. Mes parents semblaient heureux de ma venue, mais semblaient seulement. Je crois bien que je n’ai jamais été un enfant désiré. Après tout, ma mère n’avait que 21 ans, et mon père 45 ans, donc forcément, pas le type de couple propice aux enfants. Pour vous expliquer le pourquoi de ce couple, je crois qu’il faut que je commence par vous parler de la richesse de mon père. Il était riche, même plein aux as, et donc forcément, il attirait les femmes vénales, parmi lesquelles ma mère. Pourtant, elle ne devait être qu’une femme de passage dans la vie de mon père, simplement pour lui donner un peu de bon temps dans sa vieillesse. Seulement, tout ne s’est pas passé comme prévu puisque je suis né. Forcément, cela à entraîner quelques petits désagréments pour mon père. Déjà, il a du demander ma mère en mariage pour me donner un nom. Ensuite, il a du débloquer une partie de son argent pour moi (je dois avouer qu’avoir le huitième d’une fortune s’élevant à peu près à 3 milliards de livres lorsqu’on a deux jours c’est sympa non ?), et pour ma mère (oui là c’était beaucoup moins allez savoir pourquoi… A peine 1/20ème). Bref, tant de désagréments pour un ancien célibataire endurci pouvaient être difficile à vivre. En plus, le mariage du célèbre Zack Austin avait fait du bruit. L’héritier le plus recherché par la gente féminine venait de se marier avec une femme de 24 ans sa cadette, sous prétexte qu’elle venait d’avoir un bébé. Bref, le mariage avait fait sensation, ma naissance aussi, et ma vie le fera aussi sans aucun doutes…

Bon, je vécus heureux jusqu’à l’âge magnifique de… 3 ans. Oui, vous avez bien lu, jusqu’à mes trois ans. Je n’ai vécut tranquille que trois magnifiques petites années, avant de commencer à me sentir comme en enfer. Bien sûr, à cette époque j’étais jeune, très jeune aussi ne me rendait je pas compte de ce qu’il se passait dans ma vie, même si j’ai beaucoup souffert, et pas que moi d’ailleurs… Il semblait que passé une certaine heure, mon père devenait beaucoup moins mondain, et beaucoup plus humain, ou disons simplement beaucoup plus cruel. Oh, aux yeux de tous mes parents formaient le plus magnifique des couples, mais derrière ça… Je crois que vous avez parfaitement compris ce qui se passait tous les soirs. Mon père se soulait, et puis il frappait ma mère… Sans relâche, jusqu’à temps qu’elle chute… En fait j’exagère, ce n’était pas tous les soirs, seulement une ou deux fois par semaine, mais c’était amplement suffisant… J’entendais les cris de ma mère lorsqu’il la frappait, j’entendais les insultes que mon père proférait, et puis je pleurais… Je pleurais parce que comme tous les gamins de mon âge j’avais le complexe de Œdipe, c’est à dire que j’aimais ma mère, j’éprouvais du désir pour elle comme tous les enfants. Et je détestais mon père parce que lui il pouvait l’avoir et pas moi. Et je le détestais parce qu’il l’a faisait souffrir… En fait, je crois que jamais je ne suis réellement sortit de mon complexe, puisque j’ai l’impression encore aujourd’hui de le ressentir… Enfin bon, ce n’est qu’un simple détail pour l’instant parce que je veux absolument répondre à une question que vous vous posez certainement. Pourquoi ma mère est elle restée ? C’est simple, vous le savez c’était une femme vénale, elle avait un besoin irrépressible d’argent, et ce en continu. Elle restait donc avec son mari non parce qu’elle l’aimait, mais simplement parce qu’elle avait besoin de son fric. Elle était prête à souffrir le martyre pour du fric, et je trouve ça vraiment pitoyable pas vous ? Enfin, je dis ça mais j’aimais ma mère plus que tout, mais bon je trouve ça ridicule quand même… Voilà la situation chez moi lorsque j’avais 3 ans, 3 malheureuses petites années à mon actif. Je souffrais de la souffrance de ma mère, et peut être même que je souffrais plus qu’elle…

J’ai grandit, et ce ne fut pas réellement la meilleure des idées que j’ai eut, bien au contraire. A vrai dire, je ressemblais beaucoup à mon père au même âge que lui. Je n’avais que 9 ans, et pourtant j’étais déjà un rebelle dans l’âme. Je n’aimais pas les conseils de mon père, je n’aimais pas lui obéir, et surtout j’osais lui demander de cesser lorsqu’il frappait ma mère. Et c’est là que les problèmes se posaient bien entendu. Lorsque je m’interposais dans ces moments là, il était clair que je ressortais moi aussi avec mon lot de bleus et de coups. Si j’avais été quelqu’un de gentil et de miséricordieux, certainement que je vous aurez demandé de ne pas le juger trop méchamment. Mon père était quelqu’un de doux et généreux, lorsqu’il n’avait pas bu bien entendu, ce qui arrivait malheureusement bien trop souvent. Seulement voilà, je suis rancunier, et je déteste que l’on s’en prenne à moi. Je l’ai toujours détesté d’ailleurs, même lorsque j’avais 9 ans. Je dois avouer que j’étais tout de même plutôt précoce pour mon âge. Après tout je vécus dans la peur d’être frappé continuellement. J’ai vécus dans la peur de faire souffrir ma mère par mes paroles trop acides. Forcément, cela vous forge un caractère… Ca doit être pour ça qu’à l’école les maîtresses se plaignaient de mon comportement. ‘Est un jeune garçon violent et perturbé. ’‘Ne cesse d’importuner ses camarades. ’‘A volé tout à l’heure le goûter d’un de ses camarades alors qu’il en avait terminé avec le sien. ’‘A frappé un de ses camarades sous prétexte qu’il lui avait dit quelque chose de désagréable, et n’en a éprouvé aucun remords’… Pas vraiment un comportement angélique hein ? Ces femmes ignoraient ce que je vivais chez moi… Pour moi, la violence était le seul moyen que je connaissais, c’était la seule chose que je connaissais, la seule chose qui se passait chez moi. Seules deux sentiments m’avaient été enseignés, la haine et la colère… C’étaient les deux sentiments qu’éprouvaient en permanence ma mère, et c’est ceux qu’elle ma légué. Elle haïssait désormais mon père, et elle était en colère contre moi puisque j’étais celui qui la liait à mon père… Bref, j’ignorais ce qu’étais le reste, et je ne savais pas m’exprimer en douceur et sans violence. Tout ça parce que mon père était alcoolique…

Les années passaient, lentement inexorablement, et bien entendu, les coups pleuvaient de plus en plus, et de plus en plus fort. Ca a duré longtemps, encore 9 longues années, jusqu’à mes 18 ans. Bien sûr, mon premier geste de majeur aurait été de quitter la maison, seulement je ne pouvais m’y résoudre, je ne pouvais pas le faire alors que ma mère restait sous l’emprise de ce vieux fou qui ne dessoûlait désormais plus. Je suis donc resté, pendant encore de longs mois. Mon père cependant ne me frappait plus, je crois qu’il avait un peu peur de moi. Oui parce que j’ai grandit, je suis allé dans diverses écoles. Oui diverses parce que je me faisais régulièrement renvoyé pour violence sur élève, voire même sur professeur… Donc, je passais d’école en école, et à mes 18 ans, mes études secondaires terminées, je travaillais dans un centre de combat. A vrai dire, je n’avais avant d’y entrer jamais pratiqué les sports de combats, mais en fait je faisais juste le ménage dans le centre, rien de très glorieux en fait hein ? Cependant j’ai découvert les sports de combat, et maintenant je suis un expert. D’ailleurs, je n’ai pas mis bien longtemps avant de maîtriser un style de combat… Le combat au couteau… A peu près deux ans en fait, depuis le jour où j’ai découvert ce sport vers mes 16 ans, et je pense que je le maîtrisais bien le jour où j’ai tué mon père. Oh, mais je brûle les étapes une nouvelle fois et je m’en excuse. Donc mon père ne me frappait plus et avait peur de moi je crois. Il ne frappait donc plus ma mère non plus, car je crois qu’il savait que je la défendrais quoiqu’il se passe. Je suis sûr qu’il n’était pas capable de s’opposer à moi désormais. C’est certainement pour ça qu’il a profité d’un stage de ma part pour l’attaquer de nouveau. Si je n’étais pas rentré plus tôt, je n’aurais découvert ça que bien plus tard, et certainement que j’aurais pris la chose avec plus de douceur… Mais voilà !!!


Je suis rentré beaucoup plus tôt que prévu, et j’ai vu mon père en plein action… En fait je vous explique, j’ai ouvert la porte de façon normale, et là, sous mes yeux, s’étalait une scène d’horreur. Ma mère était au sol, en sang, aux pieds de mon père, agonisant. Ce dernier était agenouillé devant ma mère, un couteau dans la main, plein de sang. Il contemplait son acte, en pleurant de façon pitoyable… Il regrettait certainement… Et si ce n’était pas le cas ça allait l’être incessamment sous peu. Tiens, je viens de me rendre compte que je n’avais pas vraiment dis que j’étais impulsif, mais je lui suis c’est une évidence. Bref, quoiqu’il en soit, à la vue de cette scène, mon sang n’a fait qu’un tour. J’ai lâché le sac que j’avais en main, j’ai foncé droit sur mon père… Après, ce que j’ai fait est plutôt flou, mais ce que je sais c’est que je me suis agenouillé auprès de ma mère, constatant ainsi sa mort en mettant sa tête sur mes genoux, et j’avais un couteau sanglant en main… Mon père gisait quelques mètres plus loin, mort lui aussi… Et c’est là que mon esprit tordu eut une idée tout aussi tordue. Je ne pouvais me permettre de me faire accuser, aussi ais je mis en scène cette mort… J’ai conservé le couteau que j’avais en main, je l’ai nettoyé et rangé soigneusement (vous avez compris qu’il s’agit là du fameux couteau…). Ensuite, j’ai sortit deux couteau de la réserve de la cuisine, et j’ai fait en sorte d’en mettre un dans la main de chacun de mes parents, après les avoir préalablement passé dans leurs sangs. Je n’étais pas réellement sûr que ma mise en scène allait marcher, mais en tout cas je voulais faire croire qu’ils s’étaient entretués, et que je n’avais rien pu faire… Je dois être un bon acteur car tout s’est passé comme prévu…

Ce qu’il s’est passé ensuite ? J’ai hérité de la fortune Austin, et la mégalomanie s’est emparé de moi dans son entièreté. Je voulais devenir le dirigeant, le chef de la ville, et c’est ce que je serais quoi qu’il arrive… Cela serait mon but ultime, je ne mourrais pas avant de le réussir… Pourtant, le chemin était parsemé d’embûches, et il était dit que je devais me battre pour arriver jusque là. Premier sacrifice de ma part, aller mettre dans mes petits papiers la fille de l’actuel dirigeant… Bizarrement, je n’eus aucun mal à la mettre dans mon lit et la faire miroiter la belle vie avec moi. Bah attends, j’étais beau, j’étais riche, j’étais attentionné, j’étais un Dieu au lit… Bref la perfection incarnée… En tout cas, elle était franchement crédule et j’en faisais tout ce que je voulais… Problème, pour m’approcher du père je devais absolument la demander en mariage… Seulement je ne savais pas comme la demander en mariage et ensuite devenir le chef sans l’épouser… Fichu dilemme, j’allais devoir épouser cette cruche. Mais j’étais prêt à prendre le risque pour devenir le chef. Je ne vous aie pas dit que mon ambition était sans limite, l’oubli est désormais réparé. En tout cas, j’avais 19 ans, et j’avais demandé la Tenders en mariage, pour me rapprocher du père… Un an plus tard, on célébrait le mariage du grand Jake Austin, et de la fille du dirigeant Tenders, j’ai nommé Maria… Je ne l’aimais pas, au contraire même, mais curieusement, je n’ai jamais agit comme mon père… Je ne l’aimais certes pas mais je la respectais, et je ne pouvais certes pas la frapper…


Quoiqu’il en soit, je m’intégrais lentement dans la hiérarchie du pays. De sous fifre plus bas que terre, je montais rapidement dans la hiérarchie, aidée par ma chère femme, et je devins rapidement le bras de son père… Au bout de 3, j’appris que ma très chère femme était enceinte… Première réaction : Et merde ! Et puis par la suite, je me suis dit que ce n’était pas une mauvaise chose, un hériter Austin c’était pas mal. J’étais emballé par le fait d’avoir un gamin, et même si je ne l’aimerais jamais réellement, je tiendrais au gosse je le savais. Ma seule peur était d’avoir une fille, et j’espérais franchement que je n’aurais jamais de fille. En tout cas, mon vœu fut exaucé puisque j’eus un garçon, que je nommais Lewis. Je restais pendant 5 ans le bras droit de Tenders père, jusqu’à mes 25 ans, le temps de véritablement comprendre toutes les ficelles du pays, de ne plus avoir besoin de mon mentor… Hop, 5000 dollars et un homme mort… Ma pauvre femme en a été détruite… Dommage pour elle je m’en fichais… Il y a eut des élections d’organisées, mais étrangement, il y eut une égalité parfaite entre tous les partis… Bon, d’accord, ce n’était pas tout à fait par hasard parce que j’y avais mis mon petit grain de sel. Finalement, je pris le pouvoir par la force en 2070, et une première opposition se forma contre moi. Elle était mené par un type que j'avais connu au lycée, brievement, un certain Thomas Warrens, il a le même âge que moi, et c'est franchement un chieur. Qu'est ce qu'il peut m'énerver ce type, à toujours vouloir s'opposer à moi, allant même jusqu'à former un mouvement de rébellion. Je pourrais le tuer si je savais où il se cachait...

En tout cas, je cherche par tous les moyens à le faire tomber, et c'est pour cela que j'ai tué sa femme il y a quelques temps, mon second meurtre d'ailleurs... Pendant ce temps là, chez moi, rien n'allait plus... Il devenait évident pour Maria que je ne l'aimais pas et surtout que je l'avais épousé pour le pouvoir de son père. Elle devinait même que j'avais pu tuer son précieux père, et je crois qu'elle m'en voulait. Elle m'aimait certes, mais elle avait de plus en plus de mal à vivre avec moi je le savais... En plus de cela, j'avais décidé de prendre une grande part à l'éducation de mon fils, et dans mon optique bien entendu, ce qu'elle ne voyait pas d'un très bon oeil. Progressivement, l'amour de Maria pour moi devint haine, tandis que notre fils grandissait en devenant comme moi. D'ailleurs, je ne me gênais pour aller voir ailleurs, pour me satisfaire sexuellement... C'est comme ça qu'au bout de 19 ans de mariage, je rencontrais la belle Alana... Elle était belle, parfaite, et aussi sadique que moi. Il ne fallut pas réellement longtemps pour que je tombe littéralement amoureux d'elle, et il semblerait que ce soit réciproque... C'était la première fois pour moi, et c'est la seule que j'aime réellement... Au bout de quelques temps, j'ai demandé le divorce avec Maria, lui laissant une raisonnable compensation, et ensuite, j'ai épousé Alana... Tout allait bien pour moi, jusqu'à la mort de mon ex-femme, qui dévasta mon fils, et me laissa de marbre... Mon fils me décevait à se montrer ainsi faible face à la mort de sa mère... Pourtant, je ne cessais pas d'être fier de lui, il était très doué...
Revenir en haut Aller en bas
Faith T. Warrens
Sweet & Crazy Admin Raspberry's Addict
avatar

Nombre de messages : 798
Localisation : Avec mon mari & mes enfants !
Clan : J'suis juste de passage, moi, j'me mêle pas à une guerre de ce genre !
Pouvoir (pour les mutants) : Absorption des pouvoirs (pas facile tout les jours... -_-')
Date d'inscription : 23/03/2008

About me
Relationship:
Maîtrise du pouvoir:
80/100  (80/100)

MessageSujet: Re: Jake Austin ||Allez à vous de jouer les admins||   Ven 28 Mar - 20:41

Nan mais c'est quoi cette présentation pourrit ? énervé J'suis déçue ! XD

Nan, j'déconne !
Super présentation, un plaisir à lire ! ^^
J'sens qu'on va s'éclater avec un Jake si sadique que ça, ça promet ! ^^

Concernant le code du réglement, c'est OK, mais c'est bien parce que c'est toi (nan, ça aurait été Zack, j'aurais été sadique ! XD)


Bon, j'cesse de délirer !
Bienvenue à toi !
Merci de ton inscription !
A toi le RP ! tu cartonne

_________________


*Jeune maman de 2 bouts de chou : Hope & Gabriel. Amnésique. Pense s'appeller Trinity. Est mariée à Kylan [alias Shawn]. Fait son retour après 8 mois de disparition...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://destiny-in-yout-hand.forumsactifs.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jake Austin ||Allez à vous de jouer les admins||   

Revenir en haut Aller en bas
 
Jake Austin ||Allez à vous de jouer les admins||
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» vous allez devoir vous passer de moi quelques temps :p
» Les Pokémon que vous aimez jouer en stratégie
» Vous savez jouer à Tetris ???
» Entant que Haïtien quel rôle vous pouvez jouer afin d'aider votre pays???
» Quelle filière allez/avez-vous choisi(r) en 1ère générale ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Destiny in your hands :: Welcome in a new world :: Administration's Place :: Archives-
Sauter vers: