Destiny in your hands

Bienvenue en 2090, dans un monde qui a bien changé...
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Que de souvenirs [Aaron]

Aller en bas 
AuteurMessage
Faith T. Warrens
Sweet & Crazy Admin Raspberry's Addict
avatar

Nombre de messages : 798
Localisation : Avec mon mari & mes enfants !
Clan : J'suis juste de passage, moi, j'me mêle pas à une guerre de ce genre !
Pouvoir (pour les mutants) : Absorption des pouvoirs (pas facile tout les jours... -_-')
Date d'inscription : 23/03/2008

About me
Relationship:
Maîtrise du pouvoir:
80/100  (80/100)

MessageSujet: Que de souvenirs [Aaron]   Sam 5 Avr - 1:50

Jeudi 5 Avril 2091 - Début d'après-midi :

Les derniers jours de Faith avaient été bien mouvementés. Elle avait vu Lewis à deux reprises (la 1ère fois, dans les toilettes, et la seconde, près des bois), avait discuté avec Nyla, et s'était, de nouveau, prit la tête avec son père. Bref, rien de bien original, somme toute... Faith avait une vie assez mouvementée, et, ces derniers temps, ça la lassait pas mal. C'était sans doute le fait de voir April si proche du mariage, et d'une vie bien posée, qui rendait Faith assez étrange... Allez savoir... A moins que sa grossesse ne joue sur ses pensées... Bonne question... La blondinette enviait sa soeur, il fallait l'avouer. A vrai dire, elle enviait n'importe quelle fille, dans son entourage, qui était en couple. Nan mais c'est vrai, quoi, c'était frustrant de les voir, heureuses et épanouies, et surtout, elles, elles avaient la chance de pouvoir assumer leur relation. Pff, la vie était parfois déprimante ! Non, ça ne tiendrait qu'au caractère de cochon de Faith, elle assumerait le fait d'être amoureuse de Lewis. Oui, mais voilà, elle était impulsive, mais pouvait parfois se montrer réfléchit. Elle avait parfaitement conscience qu'une telle chose serait le meilleur moyen de signer son arrêt de mort, ainsi que celui de Lewis. Mr Austin n'allait sans doute pas apprécier la découverte de leur relation. Et Mr Warrens non plus, même si, lui, n'allait pas avoir une réaction aussi poussée que celle du tyran... A vrai dire, et je vous l'accorde, c'était bien étrange, la réaction que Faith redoutait le plus, était celle de son père. Elle avait peur de décevoir son père. Rien que l'idée de lire la déception luire dans les yeux de son père, ça lui donnait mal au coeur. La jeune femme avait toujours fait tout son possible pour que son père soit fier d'elle. Et, même avec son caractère assez buté, elle y était parvenue. Non, elle n'avait pas été une fille modèle, n'allez pas croire que Faith était une petite fille sage, loin de là. Mais elle avait juste réussit à montrer à son père qu'on pouvait être fier d'elle. OK, la déception, c'est plus soft qu'une horrible mise à mort. Mais c'est différent, pour Faith. L'honneur familial était une chose primordiale, pour elle. Ouais, je sais, en un sens, elle trahit un peu cet honneur, en aimant Lewis, mais bon, on contrôle pas ses sentiments, donc... -_-' Tout ça pour dire que Faith ne voulait surtout pas causé de la peine à son père. Et trahir la mémoire de sa mère...

La jeune femme, les mains dans les poches, errait dans les rues de la ville qui l'avait vu grandir. Sans même vraiment savoir pourquoi, ses pas la guidèrent dans une bouche de métro. Ce fut donc surprise qu'elle se retrouva dans ce lieu chargé de souvenirs, pour les rares survivants de l'Apocalypse, et les générations qui suivirent. La blondinette parvint à se faufiler entre les bancs à moitié détruits, et les distributeurs divers éventrés sur le sol. Rien n'avait été déplacé. Enfin, sauf les corps, bien entendu. Les quelques personnes qui avaient voulu fuir le désastre, et qui avaient rencontrés la mort, étaient désormais enterrés. La jeune femme s'installa finalement en travers les rails, après avoir eût du mal à franchir les tas de graviers. Assise en tailleur, elle ne pût lutter contre les souvenirs qui lui revenaient à l'esprit. Avec sa mère, elle était souvent venue ici. Sa mère, en effet, avait, très tôt, voulu faire prendre à son aînée conscience de l'horreur qu'avait pu exister, en 2009... Très tôt, elle avait voulu sensibiliser la blondinette à l'importance de retrouver la paix dans ce monde. Lutte que Faith a très rapidement suivit, à son tour. Pour suivre la tradition familiale ? Sans nul doute, mais aussi car cette paix, elle l'espérait, trouvant la guerre actuelle totalement inutile.


Début du flash-back :

Faith n'avait pas encore 5 ans. Elle venait au métro, avec sa mère, la charmante Fiona Warrens. Des gardes étaient posté non loin du duo, mais aucun n'étaient trop près, pour ne pas troubler l'intimité familiale. La fillette jouait avec un distributeur, tout en chantonnant. Fiona s'approcha d'elle, fronça les sourcils.

"Faith, c'est un lieu de mémoire. On ne doit pas chanter ici.
-Pourquoi ?
-Il y a eu des morts... Je te l'ai déjà dit...
-On doit faire comme dans un cimetière, alors ?
-C'est ça."


La fillette parût intriguée.

"Mais, ils sont où, les gens ?
-Les morts ?"


Faith approuva d'un signe de tête.

"Enterrés. Ils reposent en paix, maintenant...
-J'veux pas arrêter de chanter, moi... On est en vie, nous !
-Je sais, ma puce... Mais... C'est un signe de respect..."


Faith ne semblait guère convaincut. Pour elle, c'était un peu barbare, tout ça, étant encore bien trop petite pour prendre pleinement conscience du drame qui avait pu survenir sur Terre, il y avait quelques années.

"On doit être triste, parce que c'est ce qu'ils voudraient ?
-Non..."


Fiona esquissa un sourire tendre, et serra affecteusement Faith dans ses bras.

Fin du flash-back :


La jeune femme poussa un soupir. Décidément, l'innocence de son jeune âge, elle l'avait rapidement perdu. Ce qui était on ne peut plus normal, vu qu'elle était une Warrens, et que ses parents avaient consacrés leur vie à la lutte contre Austin... Faith grimaça. Non, elle n'allait pas craquer, et laisser ses larmes sortirent. Elle se passa une main sur le visage, pour repousser les larmes qui voulaient venir, puis elle se leva, retourna sur le quai. Elle emprunta le chemin du retour, quand elle tomba nez à nez avec Aaron. Enfin, nez à nez, c'est pas vraiment ça. Il était de dos, et elle ne faisait pas attention à où elle mettait les pieds. Et paf, c'est comme ça qu'on rentre dans les gens ! XD

"Désolé !"

_________________


*Jeune maman de 2 bouts de chou : Hope & Gabriel. Amnésique. Pense s'appeller Trinity. Est mariée à Kylan [alias Shawn]. Fait son retour après 8 mois de disparition...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://destiny-in-yout-hand.forumsactifs.net
Aaron Mc Calister

avatar

Nombre de messages : 49
Age : 28
Clan : Peace & Love Band
Date d'inscription : 30/03/2008

About me
Relationship:
Maîtrise du pouvoir:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Que de souvenirs [Aaron]   Sam 5 Avr - 23:32

Un vent légèrement glacial soufflait sur Esperance, signe que l’été avait laissé place à l’automne. Il ne faisait pas froid, c’est simplement que le vent pouvait vous faire frissonner. Les rideaux ondulaient à cause de la brise et une fraîcheur emplissait la pièce. Grâce à cette brise, la pièce où travaillait Aaron sentait beaucoup moins l’alcool et le refermé et c’était l’odeur particulière de l’automne qui les remplaçaient petit à petit. Aaron préférait cela pour travailler puisque cela lui permettait de se concentrer d’avantage. Le jeune homme griffonna des mesures sur une feuille qu’il avait trouvée non loin de là et remplit ensuite une éprouvette d’un liquide rougeâtre qui avait une drôle d’odeur. Cela n’incommodait pas vraiment Aaron qui se concentrait plutôt à ce qu’il était entrain de faire. Il prit ensuite un compte goutte pour prendre un peu de cette substance et laissa ensuite tomber une goutte sur une petite plaquette. Il plaça ensuite doucement cette plaquette sur le porte échantillon du microscope et regarda dans l’oculaire pour voire s’y les bactéries allaient réagir au mélange. Aaron poussa un juron. La réponse était évidement négative. Il eu soudainement envi de lancer ce foutu microscope à bout de bras, mais se retint tant bien que mal. Il en avait vraiment marre de ne pas trouver et il comptait vraiment sur ce mélange pour que ses recherches portent enfin fruit. Au lieu de ça, il se retrouvait à nouveau à la case départ. Le jeune homme avait pourtant essayé nombreuses choses et aujourd’hui, ces affreuses petites bestioles le narguaient encore une fois. Il se posta devant la fenêtre et lorsqu’un vent doux et frais vint caresser son visage, il se sentit étrangement mieux. Il fallait vraiment qu’il sorte d’ici avant qu’il ne devienne fou et puis, de toute façon, son temps au laboratoire devait être écoulé. L’université avait eu la gentillesse de lui prêter les laboratoires puisqu’elle savait que ce n’étais pas dans les habitudes d’Aaron de commettre des bris. Aaron était quelque peu en colère face à cette amère déception. Toutefois, il n’allait pas baisser les bras, il voulait absolument trouver le remède, coûte que coûte. Même s’il devait y passer sa vie entière. Il devait le faire pour sa sœur, même si elle n’était déjà plus de ce monde. Au moins, les autres pourront en bénéficier et c’était toujours honorifique de savoir que c’était nous qui avait trouvé le remède pour contrer une quelconque maladie. Déçu, le jeune homme rangea ses choses et prit soin de se laver les mains. Il enleva son sarrau et mit son manteau ainsi que son sac en bandoulière sur son épaule. Il marcha donc d’un pas rapide vers les escaliers qu’il descendit tout aussi rapidement. Son visage n’affichait pas cette gaité qui lui était habituelle. Sa mine était plutôt sérieuse et fermé, signe qu’on ne devait pas lui adresser la parole pour le moment si on ne voulait pas se faire arracher la tête.

Aaron poussa la porte et se dirigea vers la droite. Il ne savait pas vraiment où il allait car il s’en fichait royalement. Le jeune homme était beaucoup plus préoccupé à comprendre pourquoi ça n’avait pas fonctionné. Elles auraient dû réagir, Aaron en était trop sûr, tellement qu’il se dit qu’il devrait réessayer. Il avait dût oublier quelque chose, sinon c’était impossible. En fait, peut-être que si. Peut-être que c’était possible et que, comme les nombreuses fois d’avants il s’était à nouveau trompé sur toute la ligne, mais pourtant…Aaron soupira d’agacement. Toutes ces suppositions lui donnaient mal à la tête. Soudain, il eu envie de parler à quelqu’un, simplement pour se changer les idées. N’importe qui qu’il connaissait pourvus qu’il puisse ne plus penser à cela. S’il se rendait à la maison il risquerait d’y trouver quelqu’un. Par contre, si c’était Evan, il vaudrait mieux qu’il reste loin de lui s’il ne voulait pas avoir une humeur d’avantage irritable. Il se pressa donc tout en resserrant d’avantage son manteau contre lui. Il commençait à faire un peu plus froid. Aaron tourna donc dans une ruelle à l’allure sale et peu avenante. Le vent fit alors tourbillonner quelques déchets ainsi que la poussière du pavé. Le cri lugubre d’une corneille vint alors déchirer le silence oppressant des lieux, ce qui le fit légèrement sursauter. Aaron lui jeta alors un regard noir. Il put ensuite sortir de la ruelle et atterrit devant une bouche de métro. Il décida d’y descendre, ainsi cela lui fera un raccourci et il pourra rentrer plus vite à la maison. Il descendit les marches et faillit glisser. Avec reflex, Aaron se retenu après la rampe sale et poussiéreuse du métro tout en poussant une nouvelle fois un juron. Rendu en bas, il continua sa route vers la gauche d’un pas tout aussi rapide. La noirceur n’était pas totale, mais les lumières avaient du mal à tenir, ce qui fit frissonner Aaron. Cela lui faisait rappeler un souvenir peu agréable et il prit une bonne respiration pour calmer les battements de son cœur. Enfin, il arriva à l’escalier qu’il voulait justement prendre, mais quelqu’un le bouscula. Il fronça les sourcils, un peu surpris. En effet, il n’avait pas entendu quelqu’un venir vers lui…Ça lui apprendra à ne pas être assez vigilant. Le jeune homme se retourna et vit que s’était une jeune femme qui l’avait heurté. Après quelques secondes, il reconnut les traits de Faith, l’ami d’enfance de Nyla. D’ailleurs, elle ne semblait pas être dans son assiette puisqu’il remarqua que ses joues étaient humides, signe qu’elle avait pleuré.


-Ce n’est rien…ça va?

Une simple question qu’il comprendrait si jamais elle ne voulait pas lui dire ce qui n’allait pas. Après tout, Aaron et elle se parlait de temps en temps, mais ils n’étaient pas aussi proches que Nyla et elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faith T. Warrens
Sweet & Crazy Admin Raspberry's Addict
avatar

Nombre de messages : 798
Localisation : Avec mon mari & mes enfants !
Clan : J'suis juste de passage, moi, j'me mêle pas à une guerre de ce genre !
Pouvoir (pour les mutants) : Absorption des pouvoirs (pas facile tout les jours... -_-')
Date d'inscription : 23/03/2008

About me
Relationship:
Maîtrise du pouvoir:
80/100  (80/100)

MessageSujet: Re: Que de souvenirs [Aaron]   Dim 6 Avr - 3:35

Le fait de rester ici n'était pas une bonne idée. En ce moment, Faith se sentait assez faible, aussi bien mentalement, que physiquement. Et elle n'aimait guère craquer. Bon, elle pleurait, et n'était pas du genre à s'insulter, dès qu'elle pleurait, mais elle préférait éviter ses moments de pleurs à chaudes larmes... Elle n'aimait guère se montrer sensible. Mais bon, parfois, c'est trop dur, et on craque... Faith en avait conscience. D'ailleurs, c'était le cas, aujourd'hui. Quelques larmes lui avaient échappées, les pestes. Rapidement, la jeune femme avait chassé ses larmes. Et avait décidé de prendre la fuite. Elle avait besoin de prendre un peu l'air, et se retrouver enfermée, sous terre, dans un tel endroit, ça n'était pas le bon plan du tout. C'est donc précipitamment qu'elle tenta de quitter les lieux. Ce qui explique pourquoi elle fonça sur Aaron. Un petit air d'excuse de dessina sur son visage, alors qu'elle présentait, oralement, ses excuses sur cet incident. Rah, voilà, il allait la prendre pour une folle, maintenant ! Bon, faut qu'il avait aussi des raisons pour penser ça, concernant la miss. Non mais c'est vrai, quoi, à chaque fois qu'il avait bien pu la voir, Faith avait toujours été hyper-active et disait n'importe quoi. A vrai dire, il était parfois difficile d'imaginer que cette tornade blonde était la fille aînée de mister Warrens, et qu'elle était, de par ce fait, destinée à prendre le relais, un beau jour. Bon, en même temps, j'vous rassure, Faith pouvait aussi être sérieuse. C'est juste qu'elle aimait beaucoup dire n'importe quoi, et préférait se détendre en s'amusant, que de se prendre la tête pour savoir comment mettre fin à tout ça. Après tout, elle aidait bien assez son père comme ça, et ce, depuis son plus jeune âge, alors, elle avait bien le droit de s'amuser, de temps en temps, nan ?

Le jeune homme interrogea Faith, pour savoir si elle allait bien. Il avait dû remarquer les traces de larmes qui étaient visibles sur son visage. La jeune femme esquissa un sourire qui se voulait rassurant.


"Ouais, ça va ! C'est juste le fait de se retrouver ici ! J'aurais pas dû mettre les pieds ici, ça me fait ressurgir trop de souvenirs !"

Roh, elle mentait ? Bon, en partie, seulement. Mais bon, elle se voyait mal tout raconter à Aaron, c'était trop compliqué. Non pas qu'elle ne lui faisait pas confiance. Elle le savait être quelqu'un de confiance, car il avait réussit à devenir un proche de Nyla. Preuve qu'on pouvait donc lui faire confiance. Cependant, ça n'était pas dans les habitudes de la blondinette de parler de sa vie, à des gens qu'elle connaissait que bien peu, au fond. La jeune femme détourna les yeux, pour observer, nostalgique, cet endroit dans lequel elle avait tant partagé, avec sa mère. C'était dingue, mais elle avait l'impression que les voies du métro résonnaient encore de ses éclats de rire, gamine, et des conseils prodigués par sa mère, à l'époque. Elle se revoyait encore courir dans les bras de sa mère, après une excursion que Faith avait lancé, dans les ténèbres du métro. Et oui, même jeune, Faith n'en faisait qu'a sa tête, et c'était donc enfoncé dans les profondeurs du métro, afin de percer les secrets de ce lieu qui était si important pour sa mère. Son regard se perdit quelques secondes dans le vague, avant de revenir à la réalité. Partir dans ses souvenirs, alors qu'on n'était pas seul, ça n'était guère poli... La jeune femme secoua la tête, et fixa à nouveau Aaron. Bon, pour ne pas paraître impoli, il fallait lancer un nouveau sujet de conversation. Et comme Aaron était quelqu'un que Faith appréciait, bien qu'il ne faisait pas partie de ses ami(e)s proches, la miss décida de savoir ce qu'il faisait ici. Elle arqua donc un sourcil, avant de prendre à nouveau la parole :

"Au risque de paraître curieuse... Qu'est-ce qui t'as mené jusqu'ici ?"

Et oui, Faith avait, entre autre défaut, celui d'être curieuse. Croyez surtout pas que, sous prétexte qu'elle avait quelques soucis, elle en perdait sa curiosité ! Bon, OK, elle se montrait peut-être aussi curieuse à cause du fait que son interlocuteur était Aaron. En lui parlant, elle voulait apprendre à le découvrir plus, et, pourquoi pas, réussir à comprendre ce qu'il pouvait bien ressentir pour une certaine brunette qu'ils connaissaient tout deux... Etonnant, nan, connaissant Faith, de voir qu'elle pouvait opérer avec un semblant de discrétion ? Et bah, figurez-vous que la miss pouvait se montrer franche, et discrète à la fois... Etrange ? Pas tant que ça... Et, là, il n'était pas question de faire de gaffe, elle ne voulait surtout pas qu'on remarque qu'elle voulait voir dans quel état finirait Nyla. La brunette, en effet, allait, sans nul doute, finir par devenir folle, à force de se creuser la tête pour savoir où elle en était, par rapport à Aaron.Et c’était une chose que Faith voulait éviter. Bah ouais, elle l’aimait comme elle était, sa p’tite Nyl’ ! ^^ Bref, la jeune femme croisa les bras, attendant une réponse du jeune homme.

_________________


*Jeune maman de 2 bouts de chou : Hope & Gabriel. Amnésique. Pense s'appeller Trinity. Est mariée à Kylan [alias Shawn]. Fait son retour après 8 mois de disparition...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://destiny-in-yout-hand.forumsactifs.net
Aaron Mc Calister

avatar

Nombre de messages : 49
Age : 28
Clan : Peace & Love Band
Date d'inscription : 30/03/2008

About me
Relationship:
Maîtrise du pouvoir:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Que de souvenirs [Aaron]   Dim 6 Avr - 18:35

Aaron frissonna légèrement. Cette fois-ci, ce ne fut à cause des lieux, mais bel et bien à cause du vent. Il se sentit fatigué tout à coup. D’ailleurs, il devait faire peine à voir. Son teint devait être affreusement pâle et ses yeux légèrement bouffis et rouge. En effet, il n’avait pas très bien dormis cette nuit puisqu’elle avait été agitée. Le jeune homme n’avait pu trouver sommeil et lorsqu’il s’était réveillé le lendemain, un mal de tête épouvantable était apparut sans crier gare. À chaque fois c’était ainsi, s’il ne dormait pas bien, il se réveillait inévitablement avec un mal de crâne affreux. Il recommençait à refaire surface. Lui qui pensait en être débarrassé pour le reste de la journée et bien il avait encore vu faux pour ce point. Aaron resserra sa veste contre lui puisqu’il avait froid. Encore une fois, c’était un symptôme de sa fatigue, mais pas totalement, puisque les lieux étaient humides, ce qui les rendait froid. Il pouvait entendre quelque goutte d’eau qui venait s’écraser contre le sol de bêton en un son soporifique, ce qui venait briser le silence de la place. D’ailleurs, Aaron remarqua qu’il n’était pas le seul à avoir mauvaise mine. Faith semblait faible ce qui expliquait peut-être pourquoi elle avait pleuré. Il savait que chez quelques personnes, la fatigue pouvait aussi occasionner des moments de tristesse incontrôlés. Le jeune homme était très observateur ce qui bien souvent lui permettait de déceler quelques signes chez autrui et il avait remarqué cela chez la jeune femme. Faith s’empressa alors de le rassurer en lui souriant et en lui disant que tout allait bien. Aaron n’était pas dupe, il savait pertinemment que ce n’était pas totalement la cause de ses pleures. Il devait y avoir autre chose, mais bon il ne forçait jamais quelqu’un à lui dire quelque chose, sauf si c’était vital ou nécessaire. En ce moment, ce n’était absolument pas le cas. Lui non plus n’aurait pas dû mettre les pieds ici, car lui aussi un souvenir indésirable avait ressurgis du fin fonds de son esprit. Il se souvint qu’il avait toujours eu peur étant plus jeune dans ces tunnels interminables du métro et qu’il n’y avait qu’avec sa sœur qu’il pouvait les franchir sans en trembler de peur ou même, sans hurler lorsqu’un bruit quelconque se faisait entendre. Naturellement, ce n’était plus le cas aujourd’hui, mais tout de même il n’avait jamais vraiment aimé cet endroit. Pourtant, il empruntait souvent ces tunnels puisque cela se révélait à être un très bon raccourcis. Aaron s’empressa de ne plus penser à sa sœur s’il ne voulait pas que son humeur devienne maussade. Déjà qu’il se sentait éreinté, il ne voulait pas sombrer dans une déprime atroce aujourd’hui. Il avait longtemps été déprimé à cause de cela et il ne voulait plus revivre ces moments de pur enfer, c’est pourquoi il reporta sa concentrations sur Faith. Elle avait dit qu’elle n’aurait pas dû mettre les pieds ici alors Aaron eu l’idée de lui proposer de sortir d’ici. Lui aussi avait besoin de sortir de cet endroit déprimant.

-Je comprends, moi aussi ça m’arrive souvent lorsque je viens ici. Dans ce cas, nous devrions sortir si nous ne volons pas perdre la tête.

Il l’avait gratifié d’un sourire après lui avoir dit cette phrase, voulant ainsi détendre l’atmosphère tendu qui régnait à cause des lieux. Disons que le jeune homme n’aimait pas qu’il y ait de malaise entre une autre personne et lui. Il faut dire que lui et Faith se parlait très peu. Aaron l’avait toujours vu comme une jeune femme très énergique, ce qui l’avait surpris puisqu’il n’avait jamais vu une personne qui l’était autant qu’elle, mais il n’avait pas détesté cela. Au contraire, il trouvait cela charmant. Ça lui faisait beaucoup de bien de connaître quelques personne différente de lui. Aaron était plutôt du genre calme et peu bavard, ce qui contrastait avec Faith, mais tout de même les deux jeune gens arrivaient à se parler sans avoir envie de s’arracher la tête, ce qui était tout le contraire de lui et Evan. À la penser de ce nom, Aaron retint une grimace de dégoût. Super, maintenant il venait empirer sa journée en pensant à lui, la dernière chose qu’il aurait souhaité. Il reporta donc son attention sur Faith, qui était beaucoup plus intéressante que de penser à ce vulgaire personnage qu’était Evan. En plus, il tournait autours de Nyla et ça, Aaron avait beaucoup de difficulté à le tolérer. Bon sang, il s’était dit de ne plus y penser sinon il allait avoir une humeur massacrante s’il n’arrêtait pas tout de suite de se préoccuper de ce problème. Il aura de nombreuses occasions pour le régler et ce n’était pas le moment pour l’instant. Pour la deuxième fois, il se concentra donc sur la situation présente, oubliant ainsi ce foutu Evan. Faith lui posa alors une question qui le prit un peu de court, mais Aaron ne s’en démonta aucunement. Il avait réussi à oublier ce cuisant échec dont il avait été victime aujourd’hui et voilà maintenant qu’il y repensait. Bien sûr, il n’en voulait pas à Faith, car c’était une question comme une autre. Et puis, il savait qu’elle était très curieuse, alors c’était compréhensible qu’elle daigne lui poser cette question. De toute façon, elle pouvait le savoir ce n’était un secret pour personne. Toutefois, le jeune homme eu du mal à cacher son agacement d’avoir échoué à nouveau lorsqu’il répondit à sa question. Par contre, il ne voulait pas qu’elle pense que cette mine agacé lui était destiné voilà pourquoi il s’était empressé de lui faire savoir qu’il n’avait pas obtenu les résultats souhaités:

-Je bossais sur un travail, dans les laboratoires de l’université…et disons que le résultat à été lamentable. Il va falloir que je recommence à zéro, mais bon ce n’est pas si grave.

En fait, si c’était un peu grave puisqu’Aaron en avait marre de ne pas trouver. Nombreuses fois il avait souhaité tout abandonner, mais il avait toujours repris contenance. Non, il ne devait pas abandonner, il l’avait promis à Lisa. Au souvenir de sa sœur, Aaron eu une légère lueur de tristesse dans son regard foncé. Aussitôt, il fit en sorte qu’elle disparaisse pour que Faith ne remarque pas. Il détestait être rabat joie et Faith ne méritait pas de le voir dans un tel état aucunement justifier pour le moment. De plus, elle avait déjà quelques problèmes. Il détestait aussi qu’on s’apitoie sur son sort, s’était une des pires choses pour le rendre d’avantage triste. Il lui sourit donc à nouveau, mais celui-ci parut gêné, même si en fait Aaron ne l’était pas du tous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faith T. Warrens
Sweet & Crazy Admin Raspberry's Addict
avatar

Nombre de messages : 798
Localisation : Avec mon mari & mes enfants !
Clan : J'suis juste de passage, moi, j'me mêle pas à une guerre de ce genre !
Pouvoir (pour les mutants) : Absorption des pouvoirs (pas facile tout les jours... -_-')
Date d'inscription : 23/03/2008

About me
Relationship:
Maîtrise du pouvoir:
80/100  (80/100)

MessageSujet: Re: Que de souvenirs [Aaron]   Dim 6 Avr - 23:04

La jeune femme apprécia grandement le fait que son interlocuteur ne pose pas plus de questions, pour savoir ce qui la tracassait. La jeune femme n'avait guère envie de parler de sa petite personne, aujourd'hui. En fait, c'était souvent le cas, mais bon, passons... Un sourire fit son apparition sur le visage de la blondinette, lorsqu'Aaron proposa de sortir. C'était en effet la meilleure chose à faire, vu que cet endroit avait de mauvais effets, sur eux. Aller ailleurs leur changerait les idées, et leur éviterait de se replonger dans des souvenirs trop douloureux. Cependant, la miss ne répondit rien, pour l'instant, se perdant quelques secondes dans ses pensées, avant de revenir à elle, pour interroger le jeune homme. Visiblement, ce dernier semblait quelque peu énervé, suite à la question posée. Pourquoi ? Faith ne tarda pas à le savoir. Le pauvre, ça devait être pénible de voir son travail échouer. La jeune femme savait qu'Aaron bossait pas mal dans les laboratoires, mais elle ignorait, en revanche, ce qu'il y faisait, et ce qu'il cherchait précisement. Non pas que ça ne l'intéressait pas, mais elle n'avait jamais aborder ce sujet avec Nyla. Et encore moins avec Aaron. Elle savait juste que ça avait un rapport avec la médecine, voilà tout. Et, visiblement, Aaron se donnait beaucoup de mal pour réussir à atteindre l'objectif qu'il s'était fixé. Elle adressa un sourire rassurant à Aaron, avant de prendre la parole à son tour :

"Je suis sûre que tu vas trouver ce que tu cherches ! Faut surtout pas baisser les bras !"

En effet, vu qu'Aaron se donnait beaucoup de mal, pourquoi n'y arriverait-il pas ? La jeune femme était sûre qu'il réussirait. Et elle voulait le lui faire savoir. Elle savait qu'a force d'essuyer des échecs, ça pouvait devenir frustrant, et engendrer le fait qu'on puisse baisser les bras, par la suite. Tout ce qu'elle espérait, c'était que ça n'arriverait pas à Aaron. La jeune femme prit de nouveau la parole, quelques secondes après :

"Allez, viens, on sort, ça me donne le cafard, d'être ici !"

Sur ces bonnes paroles, elle remonta les escaliers, pour profiter de l'air frais. Et ça faisait du bien. Certes, le vent était glacial, mais ça faisait du bien, de sentir l'air sur son visage, après avoir passé quelques instants dans le métro, un lieu si lugubre que ça. Elle profita de cette sensation quelques secondes, comme pour se remettre de ses émotions. C'étati décidé, elle ne remettrait pas les pieds ici, avant longtemps. Elle revint à elle, pour reconcentrer son attention sur Aaron.

"Au fait... Je vais vraiment paraître curieuse", fit-elle, avec un sourire, "mais tu cherches quoi exactement ?"

Elle fixa Aaron, attendant une réponse de sa part. Bien entendu, elle comprendrait le fait qu'il élude la question, si jamais ça l'embêtait. Elle n'était pas idiote non plus... Elle s'adossa contre le mur, tandis que quelques passants évoluaient non loin d'eux. Certains, la peur au ventre, se rendaient au boulot, travaillant pour mister Austin. C'était dingue, ça, la plupart de la ville redoutait ce fou, et on ne pouvait pas le vaincre. Il était fort, et avait pas mal d'alliés. Mais, Faith ne perdait pas espoir qu'un jour, la tyrannie Austin prenne fin. Et, ce jour-là, elle espérait vraiment qu'elle soit là, un sourire aux lèvres. Bref, la jeuen femme lança un regard à Aaron, pour lui faire comprendre qu'il n'était pas obligé de répondre. Elle ne voulait pas le mettre mal à l'aise, après tout, mais juste apprendre à mieux le connaître.

_________________


*Jeune maman de 2 bouts de chou : Hope & Gabriel. Amnésique. Pense s'appeller Trinity. Est mariée à Kylan [alias Shawn]. Fait son retour après 8 mois de disparition...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://destiny-in-yout-hand.forumsactifs.net
Aaron Mc Calister

avatar

Nombre de messages : 49
Age : 28
Clan : Peace & Love Band
Date d'inscription : 30/03/2008

About me
Relationship:
Maîtrise du pouvoir:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Que de souvenirs [Aaron]   Lun 7 Avr - 4:19

Pénible? Oui ce l’était, surtout qu’il y travaillait depuis longtemps. En plus, que croyait-il? Il n’était qu’un vulgaire étudiant, même les plus grands chercheurs n’avaient pu trouver un remède à cette maladie. Il avait envi de tout laissé tomber. Il se sentait exactement comme un coureur, sauf que contrairement à lui, Aaron ne savait absolument pas où était la ligne d’arrivée, ce qui faisait en sorte qu’il s’essoufflait pour rien. Toutefois, est-ce qu’il le tolérera si jamais il abandonnait? Non, il ne pourrait pas vivre avec cela puisque se serais trahir sa promesse qu’il avait fait à sa sœur et pour lui, ce serais la pire chose. Il devait donc continuer coûte que coûte et un jour il finira par trouver, un jour il aura cet éclair de génie qui fera en sorte que cette maladie sera éradiquer pour de bon sur la planète et des milliers de gens pourront enfin guérir et continuer à vivre. Sa sœur était morte jeune et ses parents en avaient terriblement souffert, tout comme lui et il ne souhaitait ce cauchemar à personne, voilà pourquoi il se démenait tant à trouver un remède. Les médecins n’avaient pas pu mettre un nom sur cette maladie. Pour Aaron, ce n’était pas grave, tout ce qui comptait pour lui, c’était qu’il est les symptômes ainsi que la souche de la maladie. Avec tout cela, le jeune homme avait assez de pistes pour parvenir à quelque chose. Toutefois, il tournait en rond depuis plusieurs mois et il lui semblait avoir épluché toutes les hypothèses possibles, même ceux qui ne lui avait semblé impossibles. Aaron n’en pouvait plus, mais c’était grâce à son orgueil maladif qui ne baissait pas les bras. Nombreux sont ceux qui, s’ils auraient été à sa place, aurait abandonné depuis longtemps les recherches. Il était persuadé qu’il n’avait pas tout essayé et qu’il avait encore du chemin à faire pour y parvenir, même si une petite voix intérieur lui soufflait que c’était peine perdu. Lorsqu’elle se faisait plus intense, Aaron faisait tout simplement mine de ne pas l’écouter et continuait son travail avec acharnement. Aujourd’hui encore, il avait eu cette irrésistible envie d’envoyer valser contre le mur le microscope qu’il avait utilisé pour travailler. Il s’était retenu naturellement, mais cette envie avait été plus prenante que les autres fois. La recherche médicale était truffée de perpétuels échecs et Aaron devait se faire à l’idée qu’il faudra du temps pour qu’il y parvienne, mais pour cette cause, il avait un peu plus de difficulté. Son impatience se faisait encore plus forte lorsqu’il était question de cela et plus il essuyait des échecs et plus son impatience grandissait. Son professeur ne serait pas vraiment fier de lui s’il venait à entendre cela de son élève. Il leur avait toujours apprit que la patience était le meilleur ami du chercheur. Peu importe, Aaron réussissait tout de même à parvenir à quelque chose lorsqu’il le voulait et ce, même s’il avait ce défaut.

Les deux jeunes sortirent enfin des tunnels et Aaron se sentit un peu plus rassuré lorsqu’il sentit la fraîcheur de la brise lui caresser la peau. L’extérieur lui avait toujours été bénéfique, voilà pourquoi il préférait marche plutôt que d’emprunter les circuits de téléportations. En plus, il n’avait jamais aimé la sensation qu’il avait à chaque fois qu’il devait les emprunter. Quelques-uns avait la phobie des ascenseurs, mais Aaron lui, avait celle des circuits. Curieux non? Pas tant que ça en fait puisqu’il avait eu une mauvaise expérience avec ceux-ci lorsqu’il était tout petit. En effet, il devait rejoindre sa sœur au parc, mais au lieu de ça, il s’était retrouver dans un quartier très louche, voire même effrayant. Lorsque sa mère l’eu sut, elle s’était immédiatement mise en colère contre le commis des circuits qui travaillait ce jour là et le pauvre avait dû endurer des insultes diverses en espagnol. Tout de même, Aaron avait bien rit devant cette scène, mais il avait dût avouer qu’il n’avait jamais vu sa mère dans un tel état et elle avait été quelque peu effrayante. Sa mère était de nature douce, mais quand on la piquait au vif, elle devenait un véritable monstre. Bref, le jeune homme cessa de penser à ses souvenirs pour poser à nouveau son regard sur Faith. Elle semblait d’ailleurs aller beaucoup mieux ce qui le rassura. Lui et sa manie de s’inquiéter de tout et de rien, même avec les gens qu’il connaissait peu. Ce devait être à cause de ce trait de caractère qu’était la sympathie. En effet, il avait toujours ce désir de vouloir panser le monde de ses blessures et lorsqu’il voyait quelqu’un de mal en point, il s’empressait toujours d’aller l’aider lorsqu’il le pouvait. Il avait toujours été ainsi. Bien sûr, quelques fois on l’envoyait balader, comme la fois ou cette fille l’avait prise pour un pervers et l’avait gratifié de coups de sac à main alors qu’il ne voulait que l’aider à se relever d’une chute. Bref, le jeune homme se mit les mains dans les poches tout en marchant à côté de Faith, qui semblait vouloir lui poser une question, mais qui hésitait. Tout de même, elle finit par se lancer et il dut avouer que cette question le surpris un peu. Il baissa aussitôt le regard sur le trottoir, tout en lui répondant:


-Un remède pour contrer une maladie que les chercheurs n’ont pas encore réussit à trouver…ma sœur en est morte il n’y a pas longtemps.

Après cette révélation, Aaron ne put réprimer un frisson à cause du vent, mais surtout à cause de cet intolérable souvenir de sa sœur qui, étendue dans son lit d’hôpital, mourrait tout doucement. Il pouvait encore ressentir le touché glacial de sa main sur sa joue et encore entendre sa respiration sifflante, signe que la mort faisait tranquillement son travail. Il s’était promis de ne plus y penser. À chaque fois, ce souvenir le rendait d’humeur maussade et sa gaité habituelle disparaissait aussitôt. Il teinta alors son visage d’un bien être factice, simplement pour montrer qu’il n’en était absolument pas démonté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faith T. Warrens
Sweet & Crazy Admin Raspberry's Addict
avatar

Nombre de messages : 798
Localisation : Avec mon mari & mes enfants !
Clan : J'suis juste de passage, moi, j'me mêle pas à une guerre de ce genre !
Pouvoir (pour les mutants) : Absorption des pouvoirs (pas facile tout les jours... -_-')
Date d'inscription : 23/03/2008

About me
Relationship:
Maîtrise du pouvoir:
80/100  (80/100)

MessageSujet: Re: Que de souvenirs [Aaron]   Mar 8 Avr - 21:34

Pour qu'Aaron s'obstine à passer autant de temps, à faire des recherches qui semblaient complexes, il devait avoir une bonne raison. On ne s'investit pas tant que ça, dans une cause, sans raison. Faith, par exemple, était entièrement dévouée à la cause de son père. Bon, le fait d'être la fille Warrens aidait, sans doute. Mais, plus que ça, Thomas avait expliquer la situation, à ses filles, avant de les mêler à sa cause. Il n'avait pas voulu, en effet, qu'elles se sentent forcées de suivre sa route, sans avoir conscience de tout les enjeux, et points de vue différents. Il leur avait donc parler de la tyrannie excercée par Jake Austin, et dont elles avaient pu être témoin, en perdant des proches. Il leur avait expliqué les grandes lignes de la haine de mister Austin. Ensuite, il leur avait parlé des Peace & Love, évoquant leur position quant à la guerre, et leur méthode de lutte. Et il leur avait parlé de ce qu'il pensait, lui, de la guerre. Selon lui, bien que le fait de se battre n'était pas une chose agréable, c'était obligatoire, si on voulait venir à bout d'un homme tel que Jake Austin. Il était contre le fait d'ôter la vie, mais admettait que, parfois, on n'avait pas le choix. Thomas leur avait confié qu'il avait dû tuer, à plusieurs reprises, des hommes d'Austin. Mais il n'en avait retirer aucun plaisir. Car, avait-il fait comprendre à ses filles, chaques vies est précieuses, même s'il s'agit du pire des hommes. Il disait qu'une force leur avait donné la vie, et que ça n'était pas aux hommes de décider de l'heure de la mort d'autres hommes. Bien entendu, il n'avait pas oublier de parler des Warriors, ces personnes cruelles, et anti-mutants. Qui, au fond, ne valaient guère mieux que Jake. En effet, Jake voulait tuer les personnes sans pouvoir, les estimant inférieurs, et n'hésitait pas à tuer tout les mutants qui se mettaient en travers de son chemin. Et les Warriors, quant à eux, haïssaient les mutants, et les tuaient, sans même leur donner une chance de prouver qu'ils n'étaient pas mauvais.

C'est donc pleinement consciente des choses, que Faith décida de s'investir autant dans son clan. La jeune femme était parfaitement consciente du danger que cela représentait. En fait, du double-danger ue ça représentait : d'un côté, elle était en danger, à cause du fait qu'elle soit une Warrens, et, de l'autre, parce qu'elle était mutante. Rajouté à ça son histoire avec Lewis... Enfin bref, tout ça pour dire que Faith ne s'était pas plongée, tête baissée, dans la guerre. Elle avait perdu pas mal de gens qu'elle aimait, à cause de cette guerre, de cette haine, omniprésente. Dont sa mère, tué par un larbin des Austin. C'était sans nul doute suite à la mort de sa mère que Faith avait décidée de prendre autant d'ampleur, dans la guerre, en voulant aider son père, de son mieux, et en acceptant diverses missions, pas forcément des parties de plaisir, d'ailleurs.... Et pourtant, malgré les risques encourût, Faith ne regrettait rien. Elle assumait son choix, et en était même fière. Si c'était à refaire, elle referait tout, strictement pareil. Bon, elle préférerait que la guerre n'ait jamais eu lieux, mais souhaiter une telle chose ne chageait rien, donc... Enfin bref, cessons de nous égarer, et revenons à la conversation qui se déroulait entre Faith et Aaron. Oulà, jamais Faith n'aurait pu penser à ça. En même temps, elle n'avait pas été mise au courant de cet événement tragique, donc, elle n'aurait pas pu se l'imaginer toute seule.... Bon sang, ils étaient partis du métro pour fuir leur sales souvenirs, et elle, elle n'avait rien trouvé de mieux que de replonger Aaron dans la souffrance qu'avait pu causé la perte de sa soeur. Quelle idiote !


"Désolé... j'suis trop curieuse, parfois..."

Elle était vraiment, et définitivement, trop curieuse et idiote... Pff, pauvre Aaron. Faith ne pouvait pas comprendre la peine qu'il avait pu ressentir, en perdant sa soeur, n'ayant, heureusement pour elle, pas eu a affronter une telle épreuve. Cependant, elle savait parfaitement à quel point on pouvait souffrir de la perte d'un être cher, faisant partie de sa famille... Elle avait perdu sa mère assez jeune. De plus, elle pouvait imaginer la souffrance que la mort d'April pourrait engendrer en elle. Elle était assez complice avec sa soeurette, et serait dévastée, sans elle. Elle adressa un sourire compatissant à Aaron, qui semblait, étrangement, bien tenir le coup. Arg, la boulette. Y'avait que Faith, pour faire un truc du genre !

"Tu vas le trouver, ce remède, un jour ! T'as plus de raisons que n'importe qui de le trouver, et ça te donne une sorte de..." Elle chercha le mot appropriée. "Force..."

Mouais, enfin, tout était relatif, hein, vu que la force avait été le fruit d'une perte tragique... Passons...

"Si seulement y'avait pas cette guerre stupide", dit-elle, les yeux dans le vague, "on pourrait se concentrer sur les choses sérieuses, comme la recherche médicale..."

Sans guerre, y'aurait moins de morts. Plus de recherches. Et plus de possibilités de ne plus mourir, pour des maladies dont certaines avaient pourtant été guérit, au début du siècle... Décidement, l'Apocalypse avait changé bien des choses, et continuait de toucher les gens...

_________________


*Jeune maman de 2 bouts de chou : Hope & Gabriel. Amnésique. Pense s'appeller Trinity. Est mariée à Kylan [alias Shawn]. Fait son retour après 8 mois de disparition...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://destiny-in-yout-hand.forumsactifs.net
Aaron Mc Calister

avatar

Nombre de messages : 49
Age : 28
Clan : Peace & Love Band
Date d'inscription : 30/03/2008

About me
Relationship:
Maîtrise du pouvoir:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Que de souvenirs [Aaron]   Jeu 17 Avr - 0:39

Aaron fit savoir à Faith que ce n’étais pas grave et qu’elle n’avait pas être désolée. Pour certain, c’était une cruelle chose qui pouvait arriver et on avait décidé qu’Aaron le subirait. Maintenant, il allait beaucoup mieux, mais bien sûr, c’était une blessure qui ne s’était que cicatriser alors sur ce point, le jeune homme était toujours un peu sensible. Lorsqu’il pensait à cela, il ne pouvait réprimer un petit pincement au cœur, car à chaque fois cela lui faisait rappeler qu’il ne pourra plus jamais serrer sa sœur dans ses bras. Elle lui manquait et lorsqu’il se replongeait dans son travail de recherche, il essayait de ne pas y penser pour ne pas nuire à son travail. Mais c’était dur, surtout quand il ne passait pas une bonne journée. Au moins, il se consolait en se disant qu’elle ne souffrait plus. Il se rappelait combien il avait eu mal pour elle lorsqu’il venait lui rendre visite à l’hôpital lors de ses derniers mois de vie. Cela avait été les pires moments de sa vie, mais l’enfer avait été à son paroxysme après la mort de celle-ci. Aujourd’hui, il allait beaucoup mieux, en partit à cause de Nyla. Sans le savoir, elle l’avait beaucoup aidé à surmonter cette épreuve. Toutefois, cette simple amitié qui s’était installé entre eux devenait bien plus pour lui maintenant, mais il n’arrivait pas à le lui dire, parce qu’il avait peur de cet énorme changement que cela causerait entre eux. Et puis, un mutant ne pouvait pas aimer un humain d’après les lois et Aaron ne se le pardonnerait jamais si Nyla venait à mourir à cause de lui. Lui aussi allait y passer naturellement et il ne voulait absolument pas mourir, pas avant d’avoir réussit à trouver ce foutu remède. À part Nyla, c’était sa seule raison de vivre. Il regarda un moment Faith, mais détourna aussitôt son regard pour le poser à nouveau sur le trottoir. Une question lui brûlait les lèvres, mais il n’osait pas la lui poser. Après tout, il n’avait pas à s’incruster ainsi, Nyla et Faith avaient droit à des secrets. Le jeune homme décida tout simplement d’oublier cette question inutile pour la conversation qu’il avait avec Faith. Il ne voulait pas se montrer énervant, mais en même temps, il exprimait une certaine gêne. C’était idiot, mais Aaron était ainsi, un rien le rendait mal à l’aise ou le faisait rougir. Certain pouvait trouver cela attendrissant, mais lui, il détestait cela au plus haut point. C’est ce qui expliquait cette manie qu’il avait de préférer la solitude à la compagnie, sauf à quelques exceptions près bien sûr. Il avait quand même ce besoin vital de parler à quelqu’un une fois de temps en temps. En effet, tout individu devait combler ce besoin important s’il ne voulait pas devenir fou.

Aaron appréciait le fait qu’elle l’encourage dans ses démarches, mais il ne pouvait s’empêcher de se dire que ce n’étais pas totalement suffisant. Par contre, elle ne pouvait faire que cela pour l’aider, le reste c’était à la lui de l’entreprendre alors il comprenait. Il était rare qu’il parlait de son travail à quelqu’un sauf si son interlocuteur abordait le sujet. Là encore, il restait vague, se disant que ce projet n’intéressait pas vraiment les autres à part lui. En même temps, c’était plus par raison personnelle alors il ne voulait pas vraiment entrer dans les détails sur ce point. C’est alors que Faith dit quelque chose qui attira d’avantage l’attention d’Aaron. Il la fixa alors de son regard foncé, tout en exprimant une certaine gratitude envers elle. Elle ne s’en rendait peut-être pas compte, mais ce qu’elle venait de dire le touchait un peu. Il avait toujours cru que lui seul pensait ce genre de chose, mais aujourd’hui, elle venait de lui démontrer le contraire. Un fin sourire s’étira sur les lèvres du jeune homme. Sans le savoir, elle venait de lui donner un peu plus de courage pour continuer sa recherche parce qu’il venait de constater que sa pensée était bien plus commune qu’il ne le pensait. Ce fait le soulageait grandement. Aaron exprimait un tel mépris pour cette guerre. La stupidité de celle-ci le rendait malade. Chaque jour, elle faisait de plus en plus de morts, causant ainsi des pertes humaines inutiles et tristes. Combien de mère, de père ou d’enfants avaient perdu les siens pour une cause qui n’avait aucune raison d’être? Trop et ce fait cantonnait Aaron dans une haine profonde pour toute ces personnes qui prétendait se battre pour une cause justifier qui en fait, n’était que néant. Pour Aaron, aucune guerre ne méritait d’être justifier, car elles pouvaient être toujours évitées puisqu’il y avait toujours des solutions pour ce genre de chose. En même temps, est-ce que la diplomatie pouvait arriver à bout de cette infâme tyrannie qu’exerçait Austin sur Espérance? Peut-être pas, car cet homme était borné et son pouvoir l’avait depuis trop longtemps corrompu. Toutefois, Aaron ne perdait pas espoir, se disant qu’il valait user de pacifisme plutôt que de s’entretuer comme de vulgaires animaux. Une certaine tristesse apparut alors dans son regard. Faith avait raison, mais le problème devenait de plus en plus énorme, minimisant ainsi leur chance de réussite.


-Oui, en effet, si seulement elle ne nous pourrissait pas la vie, mais l’homme est ce qu’il est. Pour lui, la guerre a souvent été une solution facile pour éradiquer un problème. Toutefois, celle-ci a toujours eu des conséquences désastreuses sur le monde et il semblerait qu'il n’a toujours pas apprit de ses erreurs antérieurs. C’est plutôt pitoyable.

Pitoyable était le mot juste et Aaron l’avait dit d’une manière légèrement dégouter. Depuis longtemps il avait cessé d’idéaliser les humains et les mutants. L’un et l’autre n’étaient pas mieux dans plusieurs cas alors il se contentait de rester neutre dans cette guerre, mais il essayait tout de même d’y mettre un terme au plus vite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faith T. Warrens
Sweet & Crazy Admin Raspberry's Addict
avatar

Nombre de messages : 798
Localisation : Avec mon mari & mes enfants !
Clan : J'suis juste de passage, moi, j'me mêle pas à une guerre de ce genre !
Pouvoir (pour les mutants) : Absorption des pouvoirs (pas facile tout les jours... -_-')
Date d'inscription : 23/03/2008

About me
Relationship:
Maîtrise du pouvoir:
80/100  (80/100)

MessageSujet: Re: Que de souvenirs [Aaron]   Mer 14 Mai - 15:39

[HJ : Désolé d'avoir mit du temps à répondre, j'avais pas mal de soucis de connexion ! ^^]

Parfois, Faith se plaisait à laisser ses pensées divaguer, et imaginer ce que serait le monde, sans l'Apocalypse qui été survenu il y avait quelques années, sans les mutations engendrées chez certaines personnes, et sans cette stupide guerre. A vrai dire, il faut tout de même le reconnaître, la miss avait bien du mal. Et oui, elle n'avait connût que ça, la guerre, alors, imaginer la paix, ça n'était pas facile pour elle, tout comme elle avait des difficultés à imaginer sa vie, sans son don. Cependant, elle se plaisait à penser que sa vie serait des plus agréables ! Et oui, sa mère serait toujours en vie, sans la guerre. Et son père serait plus présent, n'ayant pas à se préoccuper des troupes qu'il devait diriger pour lutter contre les Austins. Sa soeur n'aurait pas à se marier, en secret, avec l'homme qu'elle aimait (et oui, April est mutante, et son chéri ne l'est pas...) Et Faith serait libre d'aimer qui elle le voudrait. Des tonnes de pertes inutiles ne se seraient pas produites. Et les créatures malfaisantes qui peuplaient les forêts n'existerait pas. Les sorties ne devraient pas se finir à 23 h précises. Les lois stupides instaurés par mister Austin ne seraient pas en rigueur. Bref, à bien des niveaux, ça serait plus facile, et ce, pour tout le monde. Les gens penseraient un peu plus à profiter de la vie, et ne seraient pas contraint de tout faire, pour ne pas se faire tuer, au détour d'une rue... En gros, Faith voyait cet autre monde comme une sorte d'Eden inacessible, un paradis inateignable. Et, croyez-moi, ça démoralisait pas mal la blondinette, lorsqu'elle se laissait aller à divaguer ainsi. Miss Warrens n'aimait pas du tout ça, car c'était réellement éprouvant, pour elle, que d'imaginer que, sans tout ce qui s'était produit avant même qu'elle ne naisse, sa vie pourrait être bien meilleure. A quoi cela servait, au fond, de reminer, sur une vie qu'elle n'avait jamais eut, et qu'elle n'aurait jamais ? Bah ouais, quoi, au fond, fallait être réaliste : même si la paix serait restaurée un jour, jamais la vie ne serait comme elle l'avait imaginée, dans son monde si parfait... Qu'a cela ne tienne... Même malgré ses pensées bien sombres, Faith ne perdait jamais espoir. Un jour, la paix sera présente. Et la vie, dès lors, sera plus agréable ! C'était pour ça que Faith se battait. Et continuait à se battre, même lorsque tout semblait perdu. Elle voulait faire tout son possible pour que les générations à venir n'aient pas à vivre dans un tel monde. Ouais, elle est parfait un brin baba-cool, quand elle s'y met ! XD Ca doit sans doute venir de ses parents ! Et oui, tout les deux l'avaient grandement influencés, de par leurs discours pour rétablir la paix. Mais bon, n'allez pas non plus croire qu'elle avait adoptée leur cause juste pour les suivre. Elle n'était pas si idiote que ça non plus ! La jeune femme souhaitait réellement que la tyrannie soit détruite. En l'honneur de sa mère, pour toutes les personnes qui étaient mortes au cours des dernières années, pour tout ceux qui avaient perdu des proches et aussi pour ceux qui étaient importants dans la vie de la blondinette. [Yeah, peace & Love ! XD]

La blondinette lisait beaucoup, surtout les oeuvres anciennes, qui avaient réussit à survivre à l'Apocalypse, et qu'elle prenait, dans la bibliothèque de son père. Ca lui permettait d'imaginer la vie d'avant, même si, au fond, les préoccupations restaient quelques peu semblables... Elle était surtout intriguée par les voitures, le cinéma, et la musique d'époque. Les voitures, en effet, n'existaient plus à son époque. Le cinéma, bah, bien entendu, il avait évolué, et Faith ne le trouvait pas très intéressant ! Concernant la musique, elle en avait entendu quelques morceaux, et avait trouvé ça plutôt sympa, même si elle aimait beaucoup la musique de son époque. Bref, qu'est-ce que Faith ne donnerait pas, pour avoir la chance de retourner dans le passé, et voir à quoi ressemblait le monde. Et qui sait, sans doute tenterait-elle de changer les choses ? [Bah, on voit qu'elle a pas vu "L'Effet Papillon" ! ^^] Quoique, en fait, même si Faith avait la chance, un jour, d'effectuer un voyage dans le temps, et de changer les choses, ça n'était pas sûr qu'elle le fasse. En effet, ça changerait trop de choses. Et qui sait, après tout, si ça ne donnerait pas encore quelque chose de pire que ce qui existait actuellement ? On n'est jamais sûr de rien, nan ? Ne dit-on pas : "On sait ce qu'on perd, mais pas ce qu'on gagne" ? Pour toutes ces raisons, Faith ne changerait rien, même si elle le pourrait... Comme quoi, on a beau être blonde, et on peut tout de même avoir un cerveau ! ^^ Elle ne voulait pas empirer la situation, qui était, à son goût, bien assez catastrophique comme ça. Et encore, en comparaison des mois à venir (avec sa grossesse), les derniers mois semblaient assez calmes. Assez déprimant, comme vision.. -_-'

La miss écouta les propos d'Aaron. Ce qu'il dit ne la surprit pas le moins du monde. Venant de lui, de telles paroles, c'était on ne peut plus normal, nan ? La jeune femme était entièrement d'accord avec lui. La guerre ne servait à rien. Par le passé, l'humanité avait déjà eut pas mal de guerres, et pourtant, un tel désastre se reproduisait de temps à autre...


"Mon père pourrait m'en vouloir de savoir que je vais dire ça", fit-elle, en poussant un léger soupir, "mais, parfois, je me demande vraiment quel est l'intérêt de lutter pour rétablir un semblant de paix... C'est vrai, je veux dire, y'a eu tellement de pertes, et les Austins semblent sans arrêt de plus en plus nombreux..." Elle haussa les épaules, avant de continuer, "Et puis je repense à ma mère... Je crois que c'est en grande partie pour honnorer sa mémoire que je continue..."

Et oui, combien de fois l'idée de tout laisser tomber lui avait effleurer l'esprit ! Quitter la ville serait la solution de tout ses problèmes ! Elle n'aurait plus à endurer cette guerre, et pourrait vivre tranquille, avec Lewis. Oui, mais voilà, la fuite n'est pas un moyen de régler ses problèmes, et, ça, Faith en avait bien conscience. Même si c'était dur... Et, en voyant Faith, il était impossible de voir qu'elle pouvait baisser les bras, parfois, tant elle semblait toujours motivée et sûre d'elle, ainsi que de ses choix. A vrai dire, il n'y avait que sa soeur et April qui étaient au courant. Même à Lewis, elle n'en avait jamais parlée, ne voulant pas perdre, devant lui, son aspect si sûr d'elle. Et surtout, elle ne voulait pas admettre à un membre du clan adverse (même si elle l'aimait), que parfois, elle voulait tout envoyer en l'air. Mais bon, Lewis devait s'en douter quand même ! ^^ Enfin, tout ça pour dire qu'il était étonnant que Faith aborde le sujet avec Aaron. Peut-être se sentait-elle en confiance avec lui ? Après tout, il avait gagné la confiance de Nyla, donc, il était digne de confiance, nan ? A moins que Faith en ait eut marre, de maintenir sa façade de certitude...

_________________


*Jeune maman de 2 bouts de chou : Hope & Gabriel. Amnésique. Pense s'appeller Trinity. Est mariée à Kylan [alias Shawn]. Fait son retour après 8 mois de disparition...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://destiny-in-yout-hand.forumsactifs.net
Aaron Mc Calister

avatar

Nombre de messages : 49
Age : 28
Clan : Peace & Love Band
Date d'inscription : 30/03/2008

About me
Relationship:
Maîtrise du pouvoir:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Que de souvenirs [Aaron]   Mar 8 Juil - 5:31

[oui désoler moi aussi pour le retard Embarassed ..promis je répondrai plus rapidement à l'avenir ^^]

Aaron se sortit de ses songes pour regarder Faith tout en se disant qu’il comprenait pourquoi Nyla était aussi proche de celle-ci. Elle avait une écoute impeccable et c’était une chose que le jeune homme aimait beaucoup chez une personne. Il se promit de lui parler plus souvent, car sa personnalité avait quelque chose d’intéressant. Faith dit alors quelque chose suite à ce qu’il venait de dire et il fut rassuré de constater qu’elle était amplement d’accord avec lui. Il n’avait put se retenir d’arborer un petit rictus lorsqu’elle lui avait fait savoir que son père pourrait lui en vouloir après ce qu’elle allait lui dire. Ce n’était toutefois pas un sourire de méchanceté, mais simplement de compréhension, car il savait combien un paternel pouvait être surprotecteur envers son enfant. Son père en était un exemple parfait, mais depuis la mort de Lisa, cela semblait être encore pire que jamais. Toutefois, Aaron ne lui en voulait pas puisqu’il comprenait qu’il était maintenant son seul enfant et que son comportement était donc justifié. Malgré cela, le jeune homme jouissais d’une liberté bien plus grande que Faith pour ce qui était de prendre une décision et il se comptait chanceux sur ce point. Après le commentaire sur son père, elle lui fit ensuite part de quelque chose sur sa mère. Il ne put qu’exprimer de la sollicitude à son égard tout en jurant intérieurement. Aaron n’aimait pas beaucoup qu’on lui confie ce genre de chose, car il ne savait jamais comment réagir, mais il ne lui en voulait pas. C’était simplement lui qui ne savait placer mot devant une situation comme celle-ci et qui avait du mal à la gérer. Le jeune homme avait toujours été sensible envers la douleur des autres et ce n’est pas aujourd’hui que cela allait changer. Toutefois, il pouvait comprendre sa douleur, perdre quelqu’un, qu’il soit un ami ou un proche, était extrêmement dur. Faire un deuil n’était jamais quelque chose d’agréable et on ne pouvait savoir combien de temps cet enfer durerais, car seul le temps pouvait guérir cette blessure. Il eut un sourire forcé, signe de son malaise, mais qui pourtant respirait la sincérité de vouloir lui procurer un certain réconfort. Par contre, il ne pouvait s’empêcher de trouver cette rencontre étrange, car ils se connaissaient peu, mais se faisait extrêmement confiance en osant se dire de tels confidences. Toutefois, cela ne lui déplaisait pas, car il sentait qu’il était donc une personne de confiance. Non pas qu’il croyait que Faith en doutais, mais il s’en trouvait flatté. Il décida de placer une phrase, cherchant ainsi à insuffler un minimum de gaité dans cette conversation quelque peu morne :

-Elle en serait extrêmement flatté, j’en suis sûr.

Il décida qu’il était temps de changer de sujet, car l’atmosphère de douleur qui planait au-dessus d’eux l’agaçait beaucoup. Aaron avait un caractère enjoué et enclin à la conversation pourvu de gaité, voilà pourquoi discuter d’un tel sujet finissait par le rendre d’humeur plus terne. Il faut dire qu’il l’avait alimenté, alors il devrait se blâmer. De plus, Faith n’appréciait peut-être pas non plus et il ne voulait pas qu’elle garde l’image d’un Aaron maussade, surtout lors d’une première réelle conversation entre eux, parce que cela ne le représentait pas du tout. Il eut un léger silence entre eux que le jeune homme voulait à tout prix briser. Il se mit soudainement à penser à Nyla et la question qu’il s’était posé il y a quelques minutes revint aussitôt à la charge. Il jura de nouveau intérieurement puisqu’il n’avait pas du tout envie d’en parler avec Faith, même s’il mourrait d’envie de le savoir et puis ce n’était pas le moment. Il n’avait aussi nullement envie d’emmerder Faith avec ce genre de question idiote. Pourtant, avec le peu d’initiative qu’il avait, il ne pouvait se résoudre à parler de cet étrange sentiment qu’il éprouvait directement à Nyla. Peut-être aussi par peur, car se faire dire non était quelque chose d’horrible pour son énorme orgueil. Avant, il devait savoir subtilement ce que la relation entre Nyla et lui représentait pour elle, si elle exprimait ce sentiment fort que lui ressentait lorsqu’il la voyait ou si elle le considérait simplement comme un ami très proche et c’est cette dernière option qui l’empêchait de se jeter à l’eau. Affichant un air songeur et quelque peu préoccupé, Aaron décida de se redonner contenance en affichant un air beaucoup plus rassuré, pour que Faith ne se pose pas de questions. Il espérait qu’elle ne l’ait pas remarqué, mais avec sa subtilité « légendaire » il en doutait fortement. Il se racla un moment la gorge et poursuivit, tout en changeant de sujet comme il s’était dit :

-Le soleil est merveilleux aujourd’hui hein?

Complètement pitoyable. Aaron se serait frappé pour son piètre changement de sujet. De plus, il avait mal dissimulé cet agitement qui le taraudait depuis quelque secondes et il espérait de tout cœur que Faith ne lui pose pas de questions, mais si elle le faisait, il ne lui en tiendrait pas rigueur, car il trouverait cela tout à fait normal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faith T. Warrens
Sweet & Crazy Admin Raspberry's Addict
avatar

Nombre de messages : 798
Localisation : Avec mon mari & mes enfants !
Clan : J'suis juste de passage, moi, j'me mêle pas à une guerre de ce genre !
Pouvoir (pour les mutants) : Absorption des pouvoirs (pas facile tout les jours... -_-')
Date d'inscription : 23/03/2008

About me
Relationship:
Maîtrise du pouvoir:
80/100  (80/100)

MessageSujet: Re: Que de souvenirs [Aaron]   Ven 18 Juil - 23:03

Peu de personnes pouvaient se vanter de savoir que Faith en venait, parfois, à détester le fait d'être une Warrens. Elle devait souvent faire attention à ce qu'elle disait, en public, et également à ce qu'elle faisait. Bon, je vous l'accorde, ça ne l'empêchait pas pour autant de faire la folle, de temps à autre. Après tout, il ne fallait pas qu'elle renie sa personnalité réelle, non ? Mais, elle devait tout de même mesurer ses propos, pour ne pas entacher la réputation familiale. Beaucoup de personnes avaient confiance en la famille Warrens, et ne voulait donc pas savoir que l'aînée de la famille rêvait souvent d'être n'importe qui qu'elle-même... Parfois, Faith se faisait l'impression d'être une actrice, à toujours garder un sourire et une foi indéniable dans la lutte que menait son père. Et, souvent, elle s'en voulait, de penser de telles choses, de croire que tout était perdu d'avance. Dans ses moments de doute, l'image de sa mère se dessinait dans son esprit. Malgré le fait qu'elle n'allait plus vraiment lui rendre visite, sur sa tombe, la blondinette ne pouvait s'empêcher de repenser à elle, et à tous les bons moments passés en sa compagnie. La jeune femme faisait de son mieux pour suivre les traces de sa mère. Cette dernière n'avait pas eu une vie facile. Elle était tombée sous le charme de Thomas, contre le désir de ses propres parents. A croire que vivre des histoires d'amours interdites était génétique, chez les Warrents.... Enfin, passons... La mère de Faith avait donc assumé son histoire avec Thomas, malgré l'avis de ses parents, qui ne voyaient pas d'un très bon oeil que leur fille fréquente ce jeune homme, aux idées bien étranges. Et oui, les parents de la jeune femme n'étaient pas vraiment d'accord, concernant le fait que les humains sans pouvoir méritaient de vivre, au même titre que les mutants. Ils n'étaient pas si extrêmistes que les Austin, mais n'en étaient pas loin pour autant... A cause de leur désaccord, ils avaient finit par renier leur propre fille. Et n'étaient revenus vers elle qu'en réalisant le danger qu'elle courrait, en fréquentant Thomas. Car oui, être la femme de Thomas Warrens n'était pas toujours tout rose, loin de là, même... Cependant, jamais elle n'avait émit le désir de changer de vie. Parfois, Faith se demandait bien comment sa mère parvenait à supporter sa vie, sans broncher. Sans doute faisait-elle comme Faith, et jouait-elle le jeu du "Je vais bien, tout va bien..."

Passons... Parler un peu, ça faisait du bien à Faith. Surtout qu'elle s'adressait à quelqu'un qu'elle en connaisait pas vraiment. Cependant, n'allez pas croire qu'elle était imprudente, de parler à coeur ouvert, ainsi. Elle avait confiance en Aaron. Nyla avait beaucoup d'estime pour le jeune homme, et cela suffisait amplement à notre jeune amie, pour en faire de même avec Aaron. La blondinette savait parfaitement que cela n’était cependant pas suffisant pour se laisser aller à trop de confidences, et, de ce fait, n’était pas non plus prête à parler de sujets trop personnel avec le jeune homme. De toute façon, l’esprit de Faith était trop en fouillis pour qu’elle puisse parler des soucis qui l’assaillaient. Ca aurait été bien trop long pour elle que de mettre de l’ordre dans son état d’esprit ! Cependant, les paroles d’Aaron l’apaisaient. Ok, c’était pas grand-chose, le petit « Elle en serait extrêmement flatté, j’en suis sûr. », mais ça soulageait Faith. Au moins, il ne la jugeait pas trop étrange, au point de continuer un combat qui pouvait la fatiguer, de temps à autre. Il allait même jusqu'à l’encourager. En somme, tout ce dont Faith avait besoin, en ce moment.


« J’espère »

Elle eut un petit sourire. Un léger silence s’ensuivit. Faith resta plongée dans ses pensées, se demandant ce que sa mère pouvait bien penser de la vie que menait actuellement sa fille. La blâmerait-elle ? Nul ne pourra jamais le savoir… La blondinette, songeuse, observait son basket, comme si celles-ci pourraient lui donner les réponses aux multiples questions qu’elle se posait. Le silence finit par devenir trop pesant pour la jeune femme, qui ne savait pas vraiment comment le briser. Pourtant, en règle général, ça ne la dérangeait pas le moins du monde ! C’était sans doute le fait d’avoir aborder des sujets autant sérieux qui jouaient en l’absence d’inspiration de Faith, quant à des sujets de conversations sympa… Du coin de l’œil, elle observait Aaron, ne voulant pas qu’il se sente trop épier, vu qu’il semblait… Songeur, lui aussi… Cependant, quelques secondes plus tard, il brisa le silence, en masquant l’air intrigué qu’il venait d’afficher, il y avait peu. La jeune femme arqua un sourcil. Aaron semblait bien tourmenté. Comment le savait-elle ? Elle l’avait ressentit. Et oui, la fichue empathie de sa sœur. Pourquoi était-elle venue ? Cela arrivait souvent, lorsque la jeune femme était fatiguée, et éprouvée, comme cela avait été le cas, en venant ici… Manque de bol pour Aaron, Faith pouvait se montrer du genre curieux, parfois… Heureusement (ou dommage), le pouvoir de télépathie de la blondinette n’avait pas refait surface pour le moment…

« Mouais, comme souvent en cette saison… » Elle arqua un sourcil. « T’es sûr que tout va bien ? T’as l’air… Tourmenté, je dirais… »

Elle était curieuse, et l’assumait parfaitement. Mais, en même temps, elle avait déjà dit à son interlocuteur qu’elle était curieuse, donc, il ne devait pas être très étonné, non ? Elle lui lança donc un regard amusé, pour lui signifier qu’elle ne le forçait pas à parler, mais juste que s’il en avait besoin, elle pourrait l’écouter. Après tout, il l’avait bien écouté elle, alors, pourquoi ne pas en faire de même ? En plus, la blondinette aimait beaucoup écouter les gens, trouvant que cela était essentiel.

_________________


*Jeune maman de 2 bouts de chou : Hope & Gabriel. Amnésique. Pense s'appeller Trinity. Est mariée à Kylan [alias Shawn]. Fait son retour après 8 mois de disparition...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://destiny-in-yout-hand.forumsactifs.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Que de souvenirs [Aaron]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Que de souvenirs [Aaron]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» The third temptation [Aaron]
» [TERMINE] Quand plus aucun souvenirs vous reviens... [Pv Sacha Farmer]
» Les souvenirs...
» Aaron Ekblad
» Les Limbes des souvenirs.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Destiny in your hands :: The City : Esperance :: Metro's of the past-
Sauter vers: